#Connexions: Pourquoi le traité transatlantique fait-il peur?

#Connexions: Pourquoi le traité transatlantique fait-il peur?
18 mai 2014 à 14:29Temps de lecture2 min
Par Thomas Bras

Connu sous diverses appellations, dont l’acronyme TAFTA, le plan vise à faire tomber les dernières barrières imposées au commerce entre les Etats-Unis et l’Europe. C’est ce projet qui était visé par la manifestation de jeudi dernier à Bruxelles, au cours de laquelle 281 personnes, dont des parlementaires et candidats aux élections, ont été arrêtées administrativement. Mais, au fond, pourquoi le traité transatlantique inquiète-t-il tellement ?

Syndicats, associations culturelles, fédérations professionnelles, agriculteurs ou organisations écologistes… la liste des détracteurs est longue ! D’un autre côté, les défenseurs du traité font valoir que l’Europe aurait beaucoup à gagner dans la création d’un marché commun de 820 millions de consommateurs. Pour eux, il s’agit de répondre à la montée en puissance de la Chine et d’autres économies émergentes. Selon eux, ce serait très profitable pour nos exportations et pour la création d’emplois.

Le projet de prévoit de supprimer les taxes douanières, d’harmoniser les règlementations des deux côtés de l’Atlantique, de fixer des normes communes pour la production de biens et de services et – point plus sensible qu’il n’y parait – de mettre en place une instance qui arbitrait les conflits entre les états et les entreprises. Les opposants au Traité pensent qu’il ferait tomber beaucoup de protections pour les consommateurs européens et qu’il pourrait mettre en difficultés certains secteurs d’activités. On dit que le traité empêcherait, par exemple, un état d’interdire l’exploitation du gaz de schiste, les OGM ou encore la viande aux hormones.

Les négociations entre Washington et la Commission Européenne (représentée par le Commissaire belge au commerce Karel De Gucht) sont censées aboutir en 2015. Officiellement, quatre rounds de négociation ont déjà eu lieu. Mais les discussions étaient préparées de longue date en coulisses. Si un accord est conclu il devra encore être validé par les 28 états-membres de l’Union, puis voté par le Parlement européen.

Les Européens ont-ils intérêt à fonder avec les américains un grand marché qui les rendrait forts ? Ou risquent-ils de se faire avoir en perdant une partie de leur souveraineté ? Dites-nous ce que vous en pensez sur la page Facebook de l’émission et sur Twitter avec le mot-clé #Connexions. On attend, dès à présent, vos réactions au 02 737 33 33.

Loading...

Sur le même sujet

Fonds d'investissement, Ukraine, TTIP: les décisions du sommet européen

EuranetPlus

Articles recommandés pour vous