Tour de France

Complètement Tour : Kristoff ne devrait-il pas lancer les sprints pour Philipsen ?

Complètement Tour : Kristoff ne devrait-il pas lancer les sprints pour Philipsen ?
12 juil. 2019 à 21:08Temps de lecture3 min
Par Fabian Rivière

Lors de cette 7e étape, c’est Dylan Groenewegen qui s’est imposé au sprint à Chalon-sur-Saône, mais un belge s’est encore illustré : Jasper Philipsen (UAE Emirates). Le Belge de 21 ans a terminé 5eme, devant son coéquipier Kristoff, qui a terminé à la 10e position.

Au vu de ce beau résultat, Samuel Grulois et Christophe Detilloux ont tenté de répondre à la question suivante : Est-ce que Kristoff ne devrait pas lancer les sprints pour Philipsen ?

Pour Christophe Detilloux, il est clair que Philipsen a plus de rapidité, comme il le déclare. " Je pense que sur certains sprints en tout cas, Philipsen est beaucoup plus rapide que Kristoff. Un sprint comme aujourd’hui, où il faut beaucoup de vitesse, on a le vent dans le dos, il faut vraiment aller très vite, avoir le coup de pédale très rapide, Philipsen est beaucoup plus rapide que Kristoff.

Kristoff, lui, aime plus des sprints en puissance, sprint des Champs-Elysées où il faut vraiment de la force, ou bien quand il manque des sprinteurs comme lors de la victoire de Sagan, où il n’y avait pas de Viviani, pas Groenewegen, là il est fort. Mais comme aujourd’hui, quand on analyse les derniers mètres, on voit vraiment que Philipsen sprint à la même vitesse que Groenewegen et que Ewan. Donc s’il est un peu placé, s’il est lancé, alors il pouvait l’emporter aujourd’hui. "

Samuel Grulois, lui, déplore l’esprit quelque peu individualiste au sein de l’équipe d’UAE Emirates. " C’est dommage que, finalement, chacun jouait aujourd’hui pour sa pomme. On a senti dans le dernier virage en épingle, à 1600 m, que Kristoff perdait déjà la roue de Philipsen. Était-il prévu que Philipsen emmène Kristoff ? Aujourd’hui, on n’a pas vraiment la réponse mais c’est certain que sur les 250 derniers mètres, Philipsen était beaucoup plus rapide.

D’ailleurs, Alexander Kristoff s’est rassis sur sa selle, et il n’a plus bougé de sa selle jusqu’à l’arrivée, qu’il a franchie en 10e position, alors qu’il avait, sans doute, plus de crédit que Philipsen au sein de l’équipe. Il conserve toujours plus de crédit dû à sa carrière, sa 2e place il y a quelques jours, mais cela titille toujours l’orgueil d’un champion quand il y a un petit jeune dans l’équipe qui vous pousse dans le dos. Je ne connais pas assez Philipsen pour savoir comment il doit se comporter dans l’équipe maintenant. J’ai discuté une fois avec lui dans un aéroport, il me semblait très discret, bien élevé, donc je ne pense pas qu’il va l’ouvrir bien grand ce soir en disant ‘Dorénavant, c’est moi le leader’, en sachant en plus qu’il est convenu qu’il ne finisse pas ce Tour de France. Mais c’est intéressant de se dire, chez Emirates, qu’on a là le digne successeur de Kristoff, et dans tous les sens du terme !

Kristoff a gagné un Tour des Flandres, et je pense qu’un Jasper Philipsen, qui n’a que 21 ans, pourrait lui aussi gagner un Tour des Flandres. Le hasard, c’est peut-être un signe du destin, est qu’il est né à Mol, et qui est aussi né à Mol dans la grande histoire du cyclisme belge ? Un certain Tom Boonen ! ".

La question, dans cette situation, est également de savoir s’il ne serait pas préférable que le directeur sportif intervienne. Selon Christophe Detilloux, c’est clair : " Dans ce cas-ci, je pense que c’est le directeur sportif qui devrait imposer à Kristoff ‘Bah écoute, on voit clairement que tu es moins véloce que lui sur ce type d’arrivée, et cela serait bien que tu te mettes à son service’. Maintenant c’est un champion, il a son ego, il a 32 ans alors que Philipsen en a 21 et découvre le Tour de France, donc ce n’est pas facile de donner des consignes comme ça, mais c’est au patron de l’équipe de le faire. "

Un coureur jeune, mais qui sait déjà se montrer, comme l’avance Samuel Grulois : " C’est quand même le plus jeune coureur aligné sur ce Tour de France, il faut quand même le rappeler : né le 2 mars 1998. D’autant plus que, si on revoit le sprint, il était le plus rapide sur les 250 derniers mètres. Caleb Ewan a bien terminé, mais Philipsen était vraiment plus rapide. "

Un sprint qui annonce donc de belles victoires pour le futur, et qui pourrait voir Jasper Philipsen succéder à d’autres grands cyclistes belges, comme le rappelle Samuel Grulois.

" C’est intéressant, car cela fait des années qu’on n’a plus remporté un sprint massif sur le Tour de France. On se met à rêver en montagne, hier, et on va se remettre à rêver en pleine aussi pour les arrivées au sprint, car quand vous avez un sprinteur d’une trempe mondiale, vous avez l’assurance, ou presque, de remporter une ou deux étapes sur les grands Tours.

Remporter une étape sur les grands tours, Boonen l’a fait, Johan Museeuw l’a fait ainsi que Tom Steels qui est, sans doute, le dernier pur sprinter belge qui s’est illustré sur le Tour de France. Depuis, on n’a pas encore retrouvé de Tom Steels. "

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous