RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Compas Format en grève face à la menace sur les services d’accrochage scolaire

Les services de Compas Format sont menacés par les restrictions budgétaires provinciales. Une des antennes pourrait devoir fermer.
27 mai 2021 à 06:55Temps de lecture1 min
Par Olivier Thunus

Les services d’accrochage scolaire de l’asbl Compas Format seront en grève ce jeudi. En cause, une décision de la Province de Liège de supprimer la moitié des détachements de personnel dont elle dispose. Une décision qui pourrait même entraîner la fermeture d’un de ses trois centres.

Compas Format dispose d’un centre à Waremme, à Seraing et à Verviers. Elle accueille des enfants et des adolescents en décrochage scolaire, soit en raison de grosses difficultés, d’une exclusion de l’école ou d’une absence de longue durée.

Actuellement, elle disposait de six personnes détachées de la Province. Mais celle-ci doit désormais se serrer la ceinture car elle doit financer les zones de secours. Du coup, la Province a décidé de retirer trois des six détachements.

La Province retire trois agents provinciaux, ce qui va mettre en difficulté les différents services, et principalement celui de Waremme, qui est une équipe de trois. Si on leur enlève un agent, ils vont passer à deux, ce qui ne sera pas autorisé, selon le décret, pour garder l’antenne ouverte. L’équilibre et le travail du service d’accrochage scolaire sont vraiment mis en difficulté. Encore plus en raison des circonstances actuelles avec la pandémie et le décrochage scolaire qui risque vraiment, d’après beaucoup de prévisions, d’exploser dès la rentrée. Nous serons alors déforcés, donc ça va vraiment nous empêcher de pouvoir aider et accompagner les jeunes comme nous le faisons actuellement ", précise Jean-François Fassin, délégué CGSP.

Une grosse difficulté donc pour Compas Format, une institution qui a pourtant fait ses preuves, comme en témoigne Anouk, 15 ans : " Ici, je travaille sur moi-même par rapport à l’école et à un retour peut-être. Ça m’aide à gérer mes émotions et mon stress. Ça m’aide à créer des liens et à garder un rythme. C’est très important. J’ai encore du mal par rapport à un retour à l’école à la rentrée ce travail pourrait m’y aider ", détaille la jeune fille.

En plus de la grève, une pétition en ligne a été lancée et a déjà recueilli près de 700 signatures.

Articles recommandés pour vous