Week-end Première

Comment le loup est-il devenu un chien ?

Pourquoi les loups sont-ils devenus des chiens

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 juin 2022 à 13:53Temps de lecture2 min
Par RTBF La Première/Didier Demorcy

La frontière entre l’animal sauvage et l’animal domestique est parfois ténue. Didier Demorcy, réalisateur de documentaires, nous explique pourquoi et comment les loups sont parfois devenus des chiens.

Didier Demorcy a été étonné lorsqu’un jour, un groupe de louveteaux qui avaient détecté sa présence se sont mis à aboyer comme des chiens. Les loups adultes ne se permettraient jamais de tels enfantillages !

Comment et pourquoi certains loups ont-ils choisi de devenir des chiens ?

Cette question est encore au cœur de nombreuses controverses scientifiques, même si un consensus commence à se dégager : ce sont les loups qui les premiers se seraient intéressés aux humains. Et pas nécessairement en tant que proies !

En ces temps-là, ce sont les restes des repas de nos ancêtres qui ont attiré les loups près des campements. Pas à pas, certains d’entre eux, moins craintifs, plus téméraires, plus affamés, se sont enhardis, et ils ont pris goût à ces contacts et à cette nourriture.

Et progressivement, de pâtées en caresses, certains louveteaux orphelins se sont sans doute laissé approcher et adopter par des humains attendris et intéressés.

Qu’est-ce qui intéressait les humains chez les loups ?

Comme tous les jeunes mammifères, les louveteaux ont une frimousse similaire à celle de nos propres enfants : une assez grosse tête, un mignon petit nez et de grands yeux expressifs, explique Didier Demorcy.

Et comme tous les mammifères, nous sommes conditionnés à reconnaître ces petiots, quelle que soit leur espèce, comme des êtres à protéger et à chérir.

Au fil des ans, nos ancêtres ont sans doute favorisé des louveteaux conservant à l’âge adulte ces expressions faciales qu’ils appréciaient tant et que nous apprécions toujours. Du même coup, ils ont renforcé certains comportements juvéniles associés. Et c’est ainsi que les louveteaux, devenus chiens, continuent à aboyer à l’âge adulte. Les humains ont d’ailleurs vite appris à associer ces alertes sonores à l’approche d’éventuels dangers.

Dernièrement, certains scientifiques ont même avancé l’hypothèse qu’en prenant ainsi en charge, de façon permanente, toutes ces tâches d’alerte et d’aguets, nos désormais fidèles compagnons ont permis à nos ancêtres de développer et de complexifier leur propre outil de communication : le langage parlé.

Ce processus de coévolution s’est déroulé dans un contexte culturel et écologique bien particulier, et surtout à une époque où les humains ne possédaient pas encore d’armes à feu, dont les loups ont appris, depuis lors et à leurs dépens, à se méfier.

Pixabay

Que faire si vous rencontrez un loup ?

On ne panique pas, on ne s’encourt pas, on ne crie pas au loup, conseille Didier Demorcy.

Par contre, on tient fermement son chien en laisse et ses enfants par la main. On reste tranquille, on fait face au loup et on se redresse. L’idée est de paraître le plus imposant possible.

Le loup parti, on souffle un bon coup, on essaie de repérer l’endroit exact de la rencontre et on avertit le Réseau Loup, mis en place par la Région wallonne, qui centralise, analyse et valide tous les indices de présence qui lui sont transmis.

Sur le même sujet

Les toutes premières photos de famille des nouveaux louveteaux wallons des Hautes Fagnes

Regions

Les chiens pleurent lorsqu'ils retrouvent leur maître, montre une étude

Animaux de compagnie

Articles recommandés pour vous