RTBFPasser au contenu
Rechercher

Matin Première

Co-voiturage: quand les politiciens proposent leurs services...

.
06 janv. 2016 à 08:03 - mise à jour 06 janv. 2016 à 08:03Temps de lecture3 min
Par swy

" Je propose deux places au départ de Charleroi vers Bruxelles. Départ à 7h15 le mercredi et à 8h30 le jeudi ". C’est le message posté sur Facebook hier après midi par le président du MR Olivier Chastel. D’autres mandataires MR lui ont emboîté le pas comme le ministre Daniel Bacquelaine ou le gouverneur Hervé Jamar. L’idée ne vient en fait pas vraiment du MR. C’est l’Open VLD qui a fait les premières offres de covoiturages politiques : c’était sur Twitter.  La présidente Gwendoline Rutten, des ministres ou secrétaire d’état comme Annemie Turtelboom, Maggie De Block, Bart Tommelein, Sven Gatz et le premier semble avoir été le très connecté Vincent Van Quickeborne qui a lancé le hashtag #blauwecarpool (covoiturage bleu)… un mot clé qui s’est ajouté à un autre hashtag, #rijmee, qui avait déjà été utilisé en Flandre pour relayer les offres et demandes de particuliers.

Beaucoup d’internautes ont pensé à une simple campagne de communication

On peut parier que certains de ces responsables politiques co-voitureurs auront à cœur de répondre en postant une photo montrant qu’ils ont effectivement déposé un jeune à l’école ou un travailleur au boulot… Mais, ce qu’on peut en tout cas dire, c’est que du côté de l’Open VLD, il ne s’agissait pas du tout d’un mouvement spontané, improvisé… Il avait bien été coordonné : un visuel avait été préparé avec un slogan : pendant la grève, nous ne vous abandonnerons pas dans le froid.  Et c’est l’image que tous ces responsables VLD ont publié hier, dans la même matinée… C’est en tout cas une opération de communication.

Pour ce qui est du MR, ça semble plutôt avoir été improvisé dans la foulée de l’initiative flamande.  Le président ayant tout de même donné lui même le coup d’envoi. Chacun a reçu des dizaines de réponses. A bien y regarder, ce ne sont pas tellement des demandes de co-voiturage, mais plutôt des félicitations OU des critiques et accusations de populisme. Il n’est en fait pas certain que l’offre, tardive, réponde réellement à un besoin, beaucoup ayant répondu s’être déjà organisé, en trouvant un lift, en travaillant de la maison ou en prenant congé.

On se souvient que des cheminots avait aussi lancé une page Facebook en proposant de conduire en voiture des étudiants qui avaient besoin d’un train pour se rendre à un examen…  Et finalement, quelques dizaines d’étudiants ont trouvé ainsi un chauffeur… Au début, quand le petit groupe de cheminots avait lancé la page Facebook " ma portière t’est ouverte ", on a eu le sentiment qu’ils étaient un peu débordés par les demandes… Ils ont très vite mis un peu d’ordre dans l’organisation. Créant un formulaire, sur un document Google, pour enregistrer les offres et les demandes. Il y a eu quelques 160 demandes… Évidemment, il fallait aussi que les itinéraires coïncident un minimum. Ce qui fait qu’une trentaine d’étudiants ont effectivement été acheminés en voiture. Mais vous pouvez aller voir " Ma Portière t’est ouverte " des internautes continuent à poster des annonces un peu en ordre dispersé. Pour les cheminots à l’origine de l’initiative, il y avait aussi un objectif de communication… On sent bien, dans cette vidéo, par exemple, que pour eux, il était aussi important de répondre aux critiques et aux clichés sur les grévistes..

On notera encore que des étudiants - soutenant les cheminots - notamment des membres jeunesses communistes - ont offert de partager leurs kots avec des étudiants ayant un problème de transport. Ils ont ouvert la page Facebook " Mon kot t’est ouvert ", en procédant de la même façon, avec un document Google pour gérer les offres et les demandes. Mais au final, il y a eu beaucoup plus d’offres que de demandes, puisque seuls quelques étudiants étaient effectivement demandeurs d’un logement.

Robin CORNET

Articles recommandés pour vous