Basket

Clubs de basket cherchent supporters

Les tribunes à moitié vides lors du match entre Mons-Hainaut et Louvain
20 nov. 2013 à 16:14Temps de lecture1 min
Par mawe

Ces dernières années, le basket belge a fait des bons de géant. Fort de cette évolution et du spectacle proposé le public a toujours répondu présent mais en ce début de saison Charleroi, Mons, Pepinster, Louvain et dans une moindre mesure Liège voient leurs tribunes se vider. Liège a, par exemple, dû mal à remplir son deuxième anneau. Mardi soir, les Renards montois ont rencontré Saragosse en Eurocoupe dans une ambiance intimiste plutôt inhabituelle pour une joute européenne.

Pas d’alarmisme cependant dans le chef du Président de la Ligue Patrick Wijns, ce phénomène est cyclique. "On fait tout notre possible pour rendre le basket le plus attractif possible. Mais on est dépendant des résultats des clubs".

Pour Patrick Wijns, les clubs doivent aussi changer leur façon d’appréhender "l’événement" qu’est le match car "les supporters ne vont plus au basket juste pour voir leur équipe jouer mais ils veulent aussi assister à un véritable spectacle. C’est là que certains clubs doivent encore progresser", reconnait Wijns.

A Charleroi, les résultats sont bons en championnat, plus mitigés en Coupe d’Europe mais selon le coach Giovanni Bozzi l’explication de la désertion du public est plutôt économique.

"Le 'public basket' est plutôt un public familial et devoir sortir deux fois par semaine une certaine somme d'argent, c'est sûr que c'est difficile. A Charleroi, le week-end nous n'avons pas trop à nous plaindre, mais en semaine c'est beaucoup plus difficile", explique l'entraîneur carolo.

Parmi les pistes pour remplir à nouveau les salles, Giovanni Bozzi évoque notamment la gratuité pour certains groupes cibles comme les adolescents ou les affiliés à un club.

Pas de crise du public par contre à Ostende ou Bruxelles. Le néo promu fait le plein à chaque match mais il est vrai dans une salle de 1000 personnes.

"Cela fait 20 ans qu'il n'y a plus eu autant de monde pour assister à un match de basket à Bruxelles. Donc pour nous clairement, c'est plutôt positif", se félicite Serge Crèvecoeur, le coach bruxellois.

P. Scimè

Articles recommandés pour vous