Climat: "L'Europe nous parle d'ambition, mais multiplie les politiques incohérentes"

Comment rendre la PAC plus verte?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

25 mars 2021 à 19:30 - mise à jour 25 mars 2021 à 19:30Temps de lecture3 min
Par Catherine Tonero

Pas de climat à l'agenda du sommet européen qui se tient par visioconférence ces jeudi et vendredi, mais des actions prévues ce jeudi au rond-point Schuman pour rappeler à l'Europe ses engagements climatiques... Rise for Climate Belgium et d'autres organisations environnementales exigent plus de cohérence dans les politiques européennes dont certaines sont, selon elles, incompatibles avec les objectifs du Green Deal. On en débat sur le plateau de CQFD avec Sarah Zamoum, membre de Rise for Climate Belgium, et Benoît Lutgen, député européen.  

-55% de GES d'ici 2030, un objectif crédible?

"On a voté un Green Deal, on nous parle d'objectifs climatiques [...] L'ambition est là et pourtant, quand on regarde dans le détail, on remarque qu'il y a des incohérences", explique Sarah Zamoum. La membre de Rise for Climate Belgium précise "notamment au niveau de la PAC, la politique agricole commune, notamment au niveau des traités de libre échange, on peut aussi citer la charte de l'énergie actuellement en négociation, dont on demande soit une réforme radicale, soit le retrait".

Fin 2020, l'Europe s'est engagée à réduire les émissions de gaz à effets de 55% d'ici 2030, par rapport au niveau de 1990. Jusqu'à aujourd'hui, on estime avoir avancé de 20% vers cet objectif. Alors est-il encore crédible? "Lorsqu'on annonce des chiffres de réduction, il faut avoir les plans qui permettent d'atteindre les objectifs", concède Benoît Lutgen qui dit dénoncer les incohérences subsistant notamment dans la politique des traités commerciaux.

30% des moyens européens pour le climat

L'eurodéputé affirme aussi que "l'Europe reste leader mondial au niveau environnemental depuis le début des années 70. On a une ambition très forte qui se traduit dans des moyens très concrets. Premièrement, 30% minimum des moyens du budget 2021-2027 doivent être affectés à la lutte contre le réchauffement climatique. Deuxièmement, dans le plan de relance, la part octroyée à cette lutte est importante, mais encore faut-il que les pays traduisent cette priorité dans des projets concrets", poursuit Benoît Lutgen qui regrette ici l'absence d'analyse de la part de la Belgique.

Une nouvelle réforme de la politique agricole commune devait entrer en vigueur au 1er janvier de cette année. Mais les pourparlers entre Etats membres et Parlement européen ne sont pas terminés. Si bien qu'elle est finalement annoncée pour le 1er janvier 2023. Ce débat n'est pas nouveau. Il concerne notamment les nouvelles règles à mettre en place, pour mieux concilier agriculture et environnement

Comment rendre la PAC plus verte?

Comment rendre la PAC plus verte?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le traité UE-Mercosur? "Never"

"Je ne voterai plus aucun traité sans évaluation en matière d'impact au niveau du CO2, des droits humains ou encore des emplois chez nous", annonce Benoît Lutgen. C'est précisément à ces évaluations que la médiatrice européenne vient de conditionner tout accord final lors des prochaines négociations commerciales du traité de libre échange entre l'Union Européenne et le Mercosur, à la demande de cinq ONG

Pour rappel, ce traité ne pourra être définitivement entériné qu’après avoir été ratifié par les Parlements des 27 Etats membres. Ce qui est loin d'être acquis. De nombreux pays doutent notamment de l’engagement du Brésil à défendre l’environnement, depuis la multiplication des incendies en Amazonie. "N'importe quel accord qu'il pourrait y avoir entraînerait, notamment sur la viande bovine, une déforestation encore accrue en Amazonie, c'est inacceptable. Impossible de soutenir un traité comme celui-là, qui met à mal l'environnement, les producteurs et la confiance des consommateurs", commente l'eurodéputé.

"On n'est pas contre le commerce ni les échanges, ce qu'on demande c'est que les activités humaines n'endommagent pas encore davantage l'environnement et les conditions de vie sur terre", poursuit Sarah Zamoum, "des accords de libre-échange, pourquoi pas, mais je ne vois pas ce qu'on a encore besoin d'importer en Europe?", conclut la membre de Rise for Climate Belgium.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous