Economie

Chauffeurs de poids lourds étrangers: la CSC va en justice

Image d'illustration
03 avr. 2012 à 13:40 - mise à jour 03 avr. 2012 à 15:03Temps de lecture1 min
Par Belga News

Le syndicat prépare plusieurs dossiers au sujet de chauffeurs roumains travaillant pour des entreprises slovaques dans le port d'Anvers. Il s'agit de chauffeurs qui travaillent dans des conditions très difficiles et sont sous-payés. "Ils travaillent jusqu'à 80 heures par semaine, et gagnent environ 1600 euros. Dans leur pays, c'est beaucoup mais ils ne sont pas payés en fonction des conventions collectives belges." Ces travailleurs se retrouvent dans des conteneurs dans le port. "Certains vivent là depuis deux ans", souligne Jan Sannen.

L'intention de la CSC-Transcom est d'attaquer les employeurs devant le tribunal du travail. Il s'agit de firmes slovaques, mais qui ont souvent des entreprises belges comme actionnaires.

Le syndicat invoque un arrêt de la Cour de justice européenne selon lequel les travailleurs qui travaillent en Belgique doivent être payés en fonction de conventions collectives de travail belges.

Par ailleurs, le syndicat veut que la législation actuelle en matière de cabotage soit strictement appliquée et que les contrôles nécessaires soient menés. La CSC-Transcom souhaite aussi que la Belgique transpose correctement une directive européenne relative aux indépendants. Le syndicat doit avoir un contact vendredi notamment avec le secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude, John Crombez.

La problématique des chauffeurs de poids lourds des pays de l'Est et de leurs conditions de travail est revenue au coeur de l'actualité après un incendie ce week-end à Wingene qui a coûté la vie à deux chauffeurs polonais. Il est très difficile de savoir combien de chauffeurs de poids lourds étrangers travaillent dans notre pays dans des conditions pénibles.

Belga

Sur le même sujet

Plus de 100 000 travailleurs étrangers sont sous-payés en Belgique

Economie

Wingene: "Les services de contrôle doivent prendre des sanctions"