Belgique

Charles Michel veut éviter le retour en Belgique des "returnees"

Une femme française, détenue en Syrie.
21 févr. 2019 à 15:47Temps de lecture1 min
Par Marc Sirlereau

Les "returnees", ces personnes impliquées dans le groupe terroriste Etat islamique, qui sont toujours en Syrie aujourd'hui et qui ont un lien avec la Belgique, concernent, selon Charles Michel, 10 hommes, 17 femmes et 31 enfants. Et ces personnes pourraient revenir en Belgique. Mais pour le premier ministre, interrogé sur le sujet cet après-midi à la Chambre, l'objectif est d'éviter leur retour pour assurer la sécurité.

Des différences de traitement selon l'âge

Pour les enfants de moins de 10 ans, si des demandes sont faites, "il faut, dit Charles Michel, favoriser le retour et pour les plus de 10 ans, cela se traite au cas par cas."  En tout cas, a ajouté le premier ministre, des contacts ont été établis en la matière avec les pays voisins, mais aussi avec le Danemark et les Etats-Unis. Contacts qui seront renforcés dimanche et lundi prochains lors d'un sommet européen avec les pays arabes à Charm el-Cheikh en Egypte. De son côté, Philippe Pivin, député MR, s'interroge sur les 130 personnes qui seraient, selon lui, détenues aujourd'hui en Belgique pour agissements terroristes. 62, selon Philippe Pivin, seraient libérables avant la fin de l'année.