Regions

CGSP: la grève dans les SAJ est prolongée jusque mardi

Le bâtiment du Service d'Aide à la Jeunesse à Charleroi.
17 janv. 2014 à 08:42 - mise à jour 17 janv. 2014 à 15:21Temps de lecture3 min
Par OPPENS Xavier Van

Les SAJ dénoncent depuis plusieurs années un manque de personnel, des dossiers de plus en plus complexes mais aussi des descentes de police qui mettent le personnel dans une insécurité de plus en plus difficile à supporter.

En effet, la justice cherche souvent à vérifier si le personnel des SAJ et SPJ n'a pas une part de responsabilité en cas d'incident subi ou provoqué par l'un des jeunes qu'ils encadrent (Ndlr : des jeunes qui sont en danger, qui sont par exemple en décrochage scolaire, dans des situations familiales compliquées ou qui ont des assuétudes à la drogue ou à l'alcool).

Ce qui a enclenché le mouvement c’est une descente de police musclée au SAJ de Charleroi. La énième, dit le personnel, pour déceler son éventuelle responsabilité dans un incident de parcours d'un des jeunes suivi par le SAJ. "On n’a pas de souci avec le fait qu’il y ait des perquisitions, explique Aziz Haloui (conseiller-adjoint au SAJ de Charleroi) : "Le souci vient plutôt du manque de respect et du traumatisme causé par ces perquisitions."

"C’est un peu facile dans notre société actuelle, ajoute Didier Cornet (délégué permanent CSC). On essaie toujours de chercher un coupable dans un dossier qui ne fonctionne pas. Maintenant, le personnel a même peur d’ouvrir des dossiers ou d’instrumenter de nouveaux dossiers sans savoir s’ils vont être auditionnés ou pas, avoir des responsabilités civiles et pénales. Les conditions de travail ne sont plus réunies à l’heure actuelle."

Ajoutez à cela les difficultés récurrentes du secteur : manque de personnel, dossiers de plus en plus complexes pour venir en aide aux jeunes et aux familles en difficulté...

La grève de ce vendredi pourrait bien n'être qu'un coup de semonce. "Il faut un geste fort de la ministre Huytebroeck pour garantir au personnel qu’il ne sera plus traiter de cette façon. Deux : un engagement de la ministre pour assurer un financement adéquat pour les mois et années à venir."

Evelyne Huytebroek va faire des propositions

Interrogée ce vendredi matin à ce sujet, la ministre Huytebroeck a répondu qu’elle allait présenter dès la semaine prochaine plusieurs propositions pour apaiser les craintes des travailleurs. Elle dit "comprendre l'émotion" provoquée par les deux perquisitions menées auprès des services d'aide à la jeunesse de Charleroi. Dans un communiqué, la ministre rappelle que les intervenants des SAJ et des SPJ accomplissent un travail "très difficile avec un public de plus en plus précarisé" (...) Il ne faut pas qu'ils soient considérés a priori comme responsables des situations de danger auxquelles ils sont confrontés quotidiennement".

Evelyne Huytebroeck précise toutefois ne pas vouloir remettre en question les prérogatives de la justice. "Le dialogue est en cours avec les interlocuteurs judiciaires afin de tenir compte des spécificités du secteur de l'aide à la jeunesse et dès lors des conditions dans lesquelles il est souhaitable que se déroulent les perquisitions", indique-t-elle.

La ministre tient aussi à rappeler les différentes mesures déjà adoptées au cours de la législature qui s'achève, à savoir la création de 62 emplois dans les SJA-SPJ en cinq ans, "soit une augmentation de 10% de l'effectif total de ces services alors que le nombre de situations prises en charge n'a pas augmenté dans les mêmes proportions". Elle avance aussi la création de 650 prises en charge dans les services agréés.

"Très prochainement, une capacité réservée de prise en charge sera attribuée à chaque SAJ et chaque SPJ, ceci permettra d'alléger notablement la charge de travail des délégués en matière de recherche de solutions adéquates pour les mineurs en danger", fait encore valoir Evelyne Huytebroeck.

La grève de ce vendredi était programmée pour 24 heures. Mais la CGSP a décidé de prolonger le mouvement jusque mardi prochain. Selon ce syndicat, les SAJ resteront fermés dans tous les arrondissements, avec des piquets de grève. Il n'y aura pas de service minimum. La CSC, de son côté, suspend ses actions jusque mardi.

RTBF

Grève dans les S.A.J

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

SAJ: la CSC maintient son préavis d'actions jusqu'au 25 mai 2014

Grève des SAJ: la ministre Huytebroeck a présenté ses propositions

Regions

Articles recommandés pour vous