Santé & Bien-être

Ces maladies oubliées qui se rappellent à nous (2) : la polio de retour dans les eaux usées de Londres et chez un Américain

11 août 2022 à 14:58 - mise à jour 12 août 2022 à 07:18Temps de lecture4 min
Par Johanne Montay

La poliomyélite, une vieille oubliée de notre santé publique, refait parler d’elle, aux Etats-Unis et à Londres. Cette maladie est endémique dans certains pays comme l’Afghanistan et le Pakistan, mais nos systèmes de santé occidentaux ont heureusement perdu de vue. Jusqu’à ce dernier mois. Mais d’abord, (re) faisons connaissance.

Qu’est-ce que la polio ?

La polio touche principalement les enfants de moins de cinq ans. Cette infection grave, causée par un virus – le poliovirus – est très contagieuse. La maladie se manifeste d’abord par des symptômes de type grippal, mais une paralysie irréversible (en général, des jambes) survient chez une personne infectée sur 200 environ. Le virus se transmet par voie féco-orale, en particulier dans les selles ou par l’intermédiaire d’eau souillée ou d’aérosols.

Cette maladie a disparu de nos régions grâce à la vaccination - mise en place en Belgique en 1958 et rendue obligatoire en 1967. Dans notre pays, le dernier cas de polio autochtone a été recensé il y a plus de 20 ans, en 1979.

En 2002, la région européenne de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a été déclarée indemne de poliomyélite, le dernier cas autochtone de la zone ayant été déclaré en novembre 1998 en Turquie. A l’échelle mondiale, le nombre de cas de polio a diminué de plus de 99% depuis 1988.

Le patient américain

De l’autre côté de l’Atlantique, tout d’abord, dans le comté de Rockland, un Américain a été paralysé le mois dernier en raison d’une forme de poliomyélite "dérivée du vaccin". Il s’agissait du premier cas américain depuis près d’une décennie. D’après les responsables, la personne n’était pas vaccinée mais aurait pu être exposée à une personne qui a reçu un vaccin contenant du virus vivant affaibli (et non inactivé).

Aux Etats-Unis, on utilise, comme en Belgique depuis 2001, un vaccin polio inactivé (IPV) qui ne peut infecter personne et ne peut se propager. Mais certains pays où le virus est encore en circulation administrent par voie orale un vaccin qui utilise le virus sous une forme vivante affaiblie, pour lutter contre l’épidémie. De petites traces de virus vivant peuvent encore être éliminées dans les selles de la personne vaccinée, et dans de rares cas, par manque d’hygiène, le virus atténué peut être transmis à d’autres.

"Le vaccin vivant oral peut conduire à des contaminations dans les eaux usées (par les selles contaminées par le virus vaccinal atténué)", confirme le professeur suisse Antoine Flahault, épidémiologiste et Directeur de l’Institut de Santé mondiale de l’Université de Genève. "Le problème est que si le virus vaccinal est atténué et inoffensif, il peut parfois muter dans l’environnement où il trouve à se répliquer et redevenir alors pathogène, raison pour laquelle il n’est plus utilisé en Europe car le virus ne circulait plus et qu’il n’était pas nécessaire de prendre le risque de contaminations de la population par des virus d’origine vaccinale. La vaccination par le vaccin oral permet cependant d’immuniser les individus depuis leur intestin et confère une meilleure immunité que le vaccin injectable et donc est toujours recommandée (en plus du vaccin injectable) dans les pays où le virus continue d’être identifié (essentiellement Moyen Orient et Afrique)."

Un seul patient confirmé, donc, mais une responsable de la santé de l’Etat de New York a déclaré à la BBC qu’il pourrait y avoir davantage de cas non diagnostiqués. "Il n’y a pas qu’un seul cas de poliomyélite si vous voyez un cas paralytique", a déclaré la Dr Patricia Ruppert, commissaire à la santé du comté de Rockland, à la BBC. "L’incidence de la poliomyélite paralytique est inférieure à 1%. La plupart des cas sont asymptomatiques ou légèrement symptomatiques, et ces symptômes sont souvent manqués."

Loading...

Les eaux usées de Londres

Au Royaume Uni, il n’y a aucun cas confirmé de personnes atteintes de la polio. Cependant, le virus a été trouvé dans un nombre inhabituel d’échantillons d’eaux usées. Au total, 116 isolats de poliovirus de type 2 (il en existe 3 types) ont été identifiés dans 19 échantillons d’eau usées prélevés à Londres entre le 8 février et le 5 juillet 2022. "Les virus découverts à Londres sont des virus vaccinaux (donc venant de personnes ayant reçu le vaccin oral), donc d’origine non européenne", explique le professeur Antoine Flahault, Directeur de l’Institut de Santé mondiale de l’Université de Genève. "La quantité de prélèvements positifs laisse cependant penser que ce virus vaccinal s’est propagé dans la communauté depuis quelques semaines déjà tant à New York qu’à Londres. Il faudrait aujourd’hui le rechercher partout en Europe car il y a peu de raisons qu’il reste cantonné à ces deux villes, seulement peut-être parce qu’elles ont un bon système de veille sanitaire."

Loading...

Un "risque global faible"

D’après les autorités, "le niveau de poliovirus trouvé et la grande diversité génétique parmi les isolats de PV2 suggèrent qu’il existe un certain niveau de transmission du virus dans ces arrondissements qui peut s’étendre aux zones adjacentes. Cela suggère que la transmission est allée au-delà d’un réseau étroit de quelques individus.

Campagne de vaccination

Les autorités de santé ont décidé de prendre des mesures de précaution et de proposer un rappel à tous les enfants âgés d’un à neuf ans. "A l’échelle nationale, le risque global de poliomyélite paralytique est considéré comme faible", dit l’Agence de Santé UK Health Security Agency, "car la plupart des gens en sont protégés par la vaccination." Le programme de rappel pour les enfants commencera par les zones touchées où le virus a été détecté dans les eaux usées et où les taux de vaccination sont faibles. Près d’un million d’enfants seront vaccinés, y compris ceux qui sont déjà à jour de vaccination.

Ce sont les médecins généralistes qui contacteront les parents le mois prochain.

Sur le même sujet

Le gouvernement britannique veut faire cesser les rejets d'eaux usées dans la mer

Monde Europe

Ces maladies oubliées qui se rappellent à nous : huit cas de diphtérie en Suisse et quatre à la Réunion

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous