Ce que Alexandre Dumas doit à Rubens

Ce que Alexandre Dumas doit à Rubens
21 nov. 2017 à 14:37 - mise à jour 21 nov. 2017 à 14:37Temps de lecture1 min
Par lay

Nous sommes le 12 août 1838.

Alexandre Dumas est en visite à Anvers.

C’est là qu’il prend la pleine mesure de l’œuvre de Rubens et se découvre une proximité de tempérament avec le génie du baroque.

Deux ans plus tard, exilé à Florence, l’écrivain se voit confier la rédaction des portraits de peintres pour la Galerie des Offices.

Il se met donc à écrire, entre autre, sur le flamand et s’intéresse aux tableaux que celui-ci a réalisé d’après les commandes de Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, épouse d’Henri IV.

Chemin faisant, il s’intéresse à Louis XIII, fils d’Henri IV et de Marie de Médicis et mais aussi au Duc de Buckingham, un proche de Rubens…

Et l’on peut lire, ainsi, en genèse, quelques éléments fondamentaux qui donneront, quelques années plus tard, l’un des monuments de la littérature mondiale : " Les trois mousquetaires ".

Ce que Dumas doit à Rubens, c’est la leçon du jour …

Un Jour dans l'Histoire  reçoit  Jean-François Viot, maître en lettres romanes et en études théâtrales.

Spécialiste d’Alexandre Dumas, père, auteur de " Gustave et Alexandre " ( adaptation pour le théâtre des Mémoires d’Alexandre Dumas) et du commentaire de l’ouvrage de Dumas " Rubens " sorti réédité par CEP-éditions

 

Articles recommandés pour vous