Regions

Bruxelles: les avions descendront en continu et décolleront plus vite

Moratoire sur le plan Wathelet: communes soulagées, pour combien de temps?
02 avr. 2015 à 04:53 - mise à jour 02 avr. 2015 à 14:13Temps de lecture3 min
Par RTBF

"Pendant plus de cinq mois, nous avons beaucoup travaillé sur ce dossier pourri que l'on ne peut me reprocher d'avoir pris en charge. Nous avons reçu toutes les associations de riverains, les mandataires publics qui l'ont demandé, ainsi que Belgocontrol et la Direction Générale du Trafic Aérien dans le souci de trouver une solution à long terme qui respecte l'équilibre entre économie et environnement", a commenté Jacqueline Galant, lors de son passage à Etterbeek.

La ministre a annoncé la généralisation de l'obligation pour les avions de pratiquer la descente en continu, et non plus par paliers, lors de l'atterrissage à l'aéroport, selon une procédure qui existe déjà pour les atterrissages effectués sur les pistes 25R et 25L.

Les compagnies aériennes se trouvent aussi désormais dans l'obligation de faire prendre un maximum de hauteur aux avions au décollage, dès qu'ils ont quitté le tarmac. Cela a pour effet de réduire l'intensité du bruit perçu au sol au fur et à mesure que ceux-ci s'éloignent de l'aéroport national.

Cette technique a déjà été d'application à Brussels Airport entre 2003 et 2013.

L'Est de Bruxelles souffre plus

Avec l'entrée en vigueur du moratoire sur le plan Wathelet, les avions de l'aéroport de Bruxelles doivent désormais suivre les routes aériennes utilisées auparavant, c'est à dire celles d'il y a un an. 

Les communes bruxelloises soulagées dès ce jeudi sont principalement Etterbeek, Auderghem et Watermael-Boitsfort. La route survolant 400 000 habitants de la partie Est de Bruxelles est supprimée.

Pas de gros changements pour les communes du nord de Bruxelles. Par contre, les communes situées sous les routes Delta et du canal devraient être partiellement soulagées. Ces routes traversent Bruxelles de part en part, elles concernent plus de 600 000 personnes. Quant à la partie Est des deux Woluwe, elle subira davantage de nuisances. Mais la grande perdante est la périphérie Est, avec Wezembeek-Oppem et Crainhem, par exemple.

Cette situation peut toutefois être modifiée lors des changements de direction du vent. Et, du 27 mai au 7 septembre, les travaux de réfection d'une piste risquent d'envoyer beaucoup d'avions sur la route du canal qui traverse Bruxelles, surtout pendant les deux premières semaines d'août.

Pas d'invitation aux discussions pour la Région bruxelloise ?

Parmi les points sensibles que le fédéral devra prendre en compte : le respect des normes de bruit bruxelloises, les vols de nuit et peut-être aussi, l'idée d'allonger les pistes vers l'Est, pour réduire les nuisances au-dessus de Bruxelles.

Du côté de la Région Bruxelles-Capitale, la ministre de l'Environnement Céline Frémault (cdH), réaffirme ces demandes : "Nous demandons des mesures structurelles pour Bruxelles : la mise en place d'une autorité de contrôle indépendante, l'allongement de la nuit (de 22 heures à 7 heures, et non plus de 23 à 6) et un plan de survol qui respecte un certain nombre de critères dont celui du survol des zones les moins densément peuplées."

Afin d'objectiver ces nuisances, la capitale vient de renforcer son réseau de sonomètres. Un plan durable est souhaitable avant juin 2016, car une nouvelle directive européenne rendra toute modification des routes aériennes plus difficiles.

Mais, jusque-là, rien ne semble avancer selon Céline Frémault : "Il y a toute une série de groupes de travail qui avaient été annoncés au mois de décembre, et je suis sans nouvelle quant à ces groupes de travail", lance-t-elle, précisant que son cabinet n'avait toujours pas reçu la moindre invitation de la part de la ministre fédéral de la Mobilité, Jacqueline Galant, pour participer aux discussions.

T.M. avec J.-C. Hennuy et Ph. Carlot

Sur le même sujet

Jacqueline Galant, l'invitée de Jeudi en Prime ce soir sur la Une TV

Belgique

Articles recommandés pour vous