Economie

Brésil: 50 milliards de dollars consacrés à la défense du réal

Gros plan sur une pièce d'un réal
23 août 2013 à 20:47Temps de lecture2 min
Par AFP

"Avec pour objectif de fournir une couverture de change aux agents économiques et de la liquidité au marché des changes, la banque centrale du Brésil communique qu'elle va commencer, à partir de ce vendredi, un programme d'enchères de 'swaps' de changes et de vente de dollars avec promesse de vente", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Depuis son "point haut" de la fin juillet (2,2571 dollars), le réal brésilien était tombé à 2,45 dollars cette semaine. En fin de journée vendredi, il était remonté de 3,2% à 2,35 réals pour un dollar.

"Cette intervention a constitué un signal positif pour les marchés émergents", estime Luis Costa, analyste chez Citigroup. "Il prévient les investisseurs que les banques centrales des pays émergents réagissent plus agressivement et sont prêts à intensifier leur intervention pour stabiliser les marchés".

Le Brésil fait partie, avec la Russie, l'Inde et la Turquie, des principales victimes du mouvement de défiance envers les grands pays émergents apparu depuis quelques jours sur les marchés.

Les investisseurs, souhaitant bénéficier de la remontée des taux d'intérêts aux États-Unis, rapatrient désormais massivement les sommes investies dans les pays émergents qui leur semblent présenter des fragilités structurelles.

"Je pense que la position de la banque centrale est nécessaire étant donnée l'actuelle instabilité des marchés (...) Il faut récupérer la confiance des investisseurs", explique Wellington Ramos, de Austin Rating, agence basée à Sao Paulo.

Pour défendre sa monnaie, le Banco central do Brasil proposera donc au marché 500 millions de dollars par jour les lundi, mardi, mercredi et jeudi, sous forme de "swaps". Le vendredi, la banque centrale organisera des enchères pour vendre (avec promesse de rachat) des lignes de crédit d'une valeur de 1 milliard de dollars.

A raison de 3 milliards de dollars offerts par semaine, la banque centrale consacrerait ainsi quelque 54 milliards de dollars à la défense de sa monnaie nationale.

"Si elle le jugeait approprié, la Banque centrale du Brésil réaliserait des opérations additionnelles", a-t-elle précisé.

Ce programme durera au moins jusqu'à la fin décembre.

Une croissance moins robuste qu'espéré

L'instauration de cette nouvelle ligne de défense suit de quelques heures l'annonce que la croissance de l'économie brésilienne n'atteindra que 2,5% en 2013 et 4% en 2014.

"Le gouvernement travaille sur ses prévisions pour 2014 et dans le rapport que nous allons publier ce mois-ci, nous allons réviser la croissance pour 2013 qui sera de 2,5%", a indiqué le ministre des Finances, Guido Mantega, lors d'un entretien publié sur le site internet du journal G1 de Globo.

Pour 2014, la prévision de croissance du Produit intérieur brut (PIB) "était de 4,5% et va passer à 4%", a-t-il ajouté.

En décembre 2012, le ministre des Finances avait estimé que la croissance de l'économie brésilienne serait de 4% cette année et l'avait ensuite progressivement réduite pour la ramener, en juillet, à 3%.

Lors d'une précédente interview à la revue Vieja début août, Guido Mantega avait affirmé que le gouvernement était prêt à sacrifier la croissance pour lutter contre l'inflation.

"Le gouvernement ne laissera jamais l'inflation devenir hors de contrôle même si cela signifiait une réduction du taux de croissance", avait-il dit, en ajoutant : "la pire chose pour le Brésil est l'inflation".

La Banque centrale a relevé son taux d'intérêt en juillet pour la troisième fois consécutive pour le porter à 8,5%. Une telle hausse permet de lutter contre la hausse des prix et la fuite des capitaux mais ralentit aussi la consommation et la croissance.

AFP

Sur le même sujet

Cette ère de bulles

Chroniques

Articles recommandés pour vous