Bilan provisoire de l'attaque de l'hôtel de Kaboul: 18 morts et 12 blessés

Le bilan s'alourdit à Kaboul

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 janv. 2018 à 06:18 - mise à jour 21 janv. 2018 à 14:54Temps de lecture1 min
Par Belga

L'attaque contre un hôtel de luxe de Kaboul perpétrée samedi soir et dans la nuit a causé la mort de 18 personnes et 12 personnes ont été blessées, a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur. L'attentat, qui a duré une douzaine d'heures a été revendiqué par les talibans. 

Selon le ministère afghan de la Santé publique, six étrangers figurent parmi les personnes tuées et le bilan pourrait encore s'alourdir.

Attaque revendiquée par les talibans

"Hier soir, l'hôtel Intercontinental (...) a été attaqué. L'attaque a été menée par cinq de nos moudjahidines en quête de martyr", a déclaré le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid. Le commando avait fait irruption samedi soir dans ce lieu prisé des Afghans aisés et tiré à vue sur les clients et le personnel avant de se retrancher dans les étages avec des otages. Ils ont également mis le feu à l'hôtel.

L'attaque n'a pris fin que plus de 12 heures plus tard, une fois tous les assaillants abattus. Au cours de la nuit, les forces spéciales épaulées par des forces de l'Otan ont en effet repris progressivement le contrôle des lieux. Un premier bilan faisait état de six personnes tuées, outre les quatre assaillants abattus.

 "126 personnes ont été secourues dont 41 étrangers", a annoncé le porte-parole du ministère de l'Intérieur Najib Danish. Le porte-parole taliban a affirmé pour sa part que l'hôtel était "plein d'envahisseurs américains et d'autres nationalités" et que l'attaque a tué des "dizaines" d'entre eux. Le ministère de l'Intérieur avait auparavant accusé le réseau Haqqani, affilié aux talibans et soupçonné de longue date de liens avec les services secrets pakistanais.

L'Intercontinental de Kaboul -qui n'appartient pas à la chaîne internationale éponyme- accueille fréquemment des mariages, des conférences et des réunions politiques. Sa terrasse illuminée dominant la ville est particulièrement prisée des classes aisées. L'établissement, ouvert en septembre 1969, avait déjà été visé en juin 2011 par une attaque des talibans qui avait fait 21 morts