Regions

Bernard Wesphael maintenu en détention préventive

Cela fait maintenant huit mois que l’ancien député est incarcéré.
27 juin 2014 à 07:12 - mise à jour 27 juin 2014 à 14:29Temps de lecture1 min
Par OPPENS Xavier Van

La chambre du conseil de Bruges a décidé de maintenir le mandat d'arrêt à charge de Bernard Wesphael. Il est accusé de l'assassinat de son épouse, mais il clame son innocence depuis huit mois. Il a décidé d'interjeter appel de cette nouvelle prolongation de sa détention. Il devrait comparaître le 11 juillet, à Gand, en chambre des mises en accusation.

Un dossier qui n'évolue plus

Les comparutions se suivent, et finissent pas se ressembler furieusement. L'ancien député demandait sa libération, éventuellement sous conditions, sous bracelet électronique, et il risque fort d'essuyer un refus une nouvelle fois.

C'est que, sur le fond, le dossier Wesphael n'a plus guère évolué. L'intéressé est soupçonné d'un homicide avec préméditation, sur la personne de son épouse, dans un hôtel ostendais, à la fin octobre. Et, après qu'un rapport de toxicologues ait largement mis en doute la thèse de l'accusation, la thèse de la mort par étouffement, les experts et contre-experts n'ont toujours pas été confrontés.

C'est d'ailleurs le plus étonnant, dans cette affaire Wesphael. Après huit mois d'incarcération, ce devoir judiciaire, pour départager des scientifiques de haut niveau, ce devoir judiciaire essentiel, n'a, apparemment toujours pas été accompli.

Après huit mois, la cause du décès, dans ce délit qualifié de flagrant, n'est toujours pas établie. La magistrature brugeoise semble éprouver quelque difficulté à se remettre en cause. Les amis de l'accusé, constitué en comité de défense contre la "punition préventive", n'espèraient donc pas grand-chose des débats de ce vendredi en chambre du conseil.

Michel Grétry

Sur le même sujet

Détention préventive: comment la situation évolue-t-elle en Belgique?

Belgique

Bernard Wesphael quitte le Mouvement de gauche

Belgique

Articles recommandés pour vous