Cyclisme

Benoot encore frappé par la malchance, Wellens avait les jambes mais pas assez

Amstel Gold Race 2017 : Victoire de Philippe Gilbert

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Tiesj Benoot s'est illustré dans le final de l'Amstel Gold Race avant de connaître des ennuis de chaîne et de retomber dans le groupe de poursuivants de Greg Van Avermaet. Sa course était terminée. "Dommage. J'étais capable de mieux", a reconnu le coureur de Lotto-Soudal 15e à l'arrivée.

Benoot a chuté à quelque 100 km du but et a souffert d'écorchures au genou et à la cuisse. "Ce fut un impact violent. Mais je suis rapidement remonté en selle et suis reparti."

Il s'est ensuite lui-même porté à l'attaque. "Je ne voulais pas la reporter trop longtemps. J'étais en 2e position au sommet du Kruisberg et dans le groupe de tête. Position idéale jusqu'à ce que je touche la roue arrière de Rojas. J'ai perdu l'équilibre. J'ai dû mettre pied à terre et ma chaîne est tombée. Je ne suis pas tombé mais le temps que je reparte, le 2e groupe était là. C'est vraiment dommage d'avoir dû quitter le groupe de tête car il a été jusqu'au bout. Le podium ou un top 5 était possible. Le parcours de l'Amstel offre des perspectives pour l'avenir. Mais j'aurais préféré terminer mieux classé. Maintenant, il est temps de prendre du repos après ce début de saison."

Quant à Tim Wellens, il a terminé 42e du sprint du groupe qui se battait pour la 8e place dimanche à l'arrivée de l'Amstel Gold Race. "Le jambes étaient bonnes mais pas assez pour lutter pour la victoire", a simplement reconnu le coureur de Lotto-Soudal.

Wellens a bien essayé de revenir sur le groupe d'échappés dans le final mais à l'inverse de Kwiatkowski, il n'est pas parvenu à rejoindre le groupe emmené par Philippe Gilbert.

"Le plan était que moi, Tiesj (Benoot) ou Jelle (Vanendert) attaque dans la zone de vérité. La situation était idéale quand Tiesj s'est retrouvé dans le groupe de tête. Mais soudain il a connu un ennui mécanique. J'ai alors décidé d'essayer de rejoindre les leaders. A un certain moment, on est revenus tout près mais pas assez. J'étais déjà bien dans le rouge quand je suis revenu sur le groupe de Van Avermaet."

"J'avais de bonnes jambes mais assez bonnes dans le final. Je n'avais plus la force de rouler à fond en poursuite avec Van Avermaet et Valverde."

Wellens reste néanmoins positif. "J'ai appris que les jambes n'étaient pas mauvaises. Pas assez bonnes pour suivre Kwiatkowski. Gilbert et Kwiatkowski étaient les meilleurs aujourd'hui. Mercredi, je dispute la Flèche Wallonne. Nous allons devoir décider de la tactique dans les prochains jours: Attaquer avant le Mur de Huy ou pas ?"