Comics Street

BD : ''Dream Data''

08 juin 2022 à 11:45Temps de lecture2 min
Par Thierry BELLEFROID

Voici un choix qui ne va pas forcément nous remonter le moral. Ça s’appelle ''Dream Data'', mais le rêve pourrait bien tourner court. Les oracles sont de plus en plus nombreux en fiction, et leurs prédictions – ou leurs projections – font souvent froid dans le dos.

La dystopie fait les beaux jours en cinéma, en série, en roman… , mais aussi en BD. Dans ''Dream Data'', quelques courts chapitres comme autant de nouvelles littéraires brossent les contours du monde numérique de demain. Et ça fait froid dans le dos. Dès la couverture, le ton est donné : quatre singes sur fond noir. Trois d’entre eux ont une console vidéo entre les mains et le regard fixe des joueurs qui auraient abusé de leur passe-temps favori. Le quatrième a un masque de réalité virtuelle qui le fait regarder vers un ailleurs incertain.

Que nous réservent ces histoires courtes ? Prenons la première, pour ne pas trop déflorer le livre. Un homme essaie des baskets dans un magasin de chaussures. A ses pieds, un genou au sol, une vendeuse lui fait l’article. D’emblée, pour souligner la vacuité de l’échange et son aspect purement commercial, le phylactère de la vendeuse ne contient aucun mot : juste des bla bla bla. L’homme ressort sans rien acheter, remerciant la vendeuse. A partir de là, où qu’il aille, il va la retrouver sur son chemin, essayant de lui vendre une paire de baskets, semblant tout connaître de lui, de son adresse au code d’entrée de son appartement. Voilà qui campe l’ambiance qui vous attend, entre l’absurdité d’un monde kafkaïen et la logique algorithmique qui régit désormais nos existences. Le tout est servi par le dessin volontairement clinique mais absolument magnifique de l’espagnol David Sanchez, qui propose de très grandes cases aux couleurs dé-saturées et aux décors minimalistes, quelque part entre Chris Ware et Charles Burns.

Derrière ce scénario, un spécialiste du data ? Un scénariste n’est pas forcément meilleur quand il parle de quelque chose qu’il connaît, certains ont un don pour s’emparer d’univers aux antipodes du leur ; mais ici, le cas est particulier. Pour parler du monde de demain et de l’emprise du numérique dans nos vies futures, le profil de Damian Bradfield est loin d’être anodin. Il est en effet le cofondateur et directeur de la création de la plateforme WeTransfer, cette société de logiciels qui conçoit des outils pour les professionnels de la création. Aux premières loges du monde hyperconnecté dans lequel nous avons parfois tendance à nous perdre, il est d’ailleurs aux origines de ''Empty Days'', une initiative visant à se déconnecter pour prendre soin de sa santé mentale. Son ''Dream Data'', qui collectionne de courtes histoires dans un monde appartenant presque totalement à la multinationale Amazin est en tout cas une vision glaçante de ce qui nous attend.

''Dream Data'', par Damian Bradfield et David Sanchez, Presque Lune

Comics Street

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Ténébreuse, Livre Second''

Comics Street

BD : ''Le Ministre et la Joconde''

Comics Street

Articles recommandés pour vous