Bart De Wever plaide pour une réunification de la Flandre et des Pays-Bas: "Je mourrais plus heureux en tant que Néerlandais du Sud"

21 juil. 2021 à 10:21Temps de lecture1 min
Par X.L.

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a plaidé dans l'émission Trends Talk sur Kanaal Z pour une réunification de la Flandre et des Pays-Bas, comme la prochaine étape après la réalisation du confédéralisme. " Si je pouvais mourir en tant que Néerlandais du Sud, je mourrais plus heureux qu'en tant que Belge ".

Bart De Wever travaille avec la N-VA à une réforme de l'État qui fixera le confédéralisme en Belgique d'ici 2024. Mais ce dont il rêverait, c'est une réunification définitive de la Flandre et des Pays-Bas.

"C'est un point de vue personnel que j'ai depuis longtemps", a-t-il déclaré dans Trends Talk. " En 1993, j'étais déjà co-organisateur d'une conférence étudiante du Grand Pays-Bas. Je n'ai jamais abandonné ce rêve : que tous les néerlandophones vivraient un jour à nouveau ensemble, dans des Pays-Bas du Nord et du Sud".

"Ils seraient l'une des économies les plus fortes du monde. Les ports d'Anvers et de Rotterdam pourraient fusionner pour devenir la porte d'entrée de l'économie du nord-ouest de l'Europe. Cela ressemble à une histoire fantastique pour moi".

 Le leader politique de dit conscient que les mentalités ne sont pas encore mûres pour ça: "Bien de l'eau devra encore traverser le Rhin et l'Escaut" admet-il mais  cela pourrait changer rapidement, selon De Wever. " Le fédéralisme était impensable en Belgique dans les années 60, c'était la réalité dans les années 70. Le confédéralisme est difficile à imaginer en Wallonie aujourd'hui, je pense que ce sera la réalité demain. Une confédération des Pays-Bas, avec dix-sept provinces, pourrait être une réalité après-demain. Si je pouvais mourir en tant que Néerlandais du Sud, je mourrais plus heureux qu'en tant que Belge", a-t-il déclaré.

Sur le même sujet

Coronavirus aux Pays-Bas : des pirates informatiques s’attaquent aux sites de tests et rdv vaccinaux

Coronavirus

Le gros cou de Loppem. Bart De Wever, le coup d’État ou la guerre civile…

Chroniques