Icône représentant un article audio.

Clavier bien tempéré

"Bach a été redécouvert au XIXe" ? Bien sûr que non, il n’a jamais été oublié

Le clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 avr. 2022 à 09:00Temps de lecture17 min
Par Cécile Poss avec Julien Libeer

« Bach a été redécouvert au XIXe siècle ». Qui n’a pas entendu cette affirmation, pourtant totalement fausse ? Le maître baroque n’a pas pu être redécouvert pour la simple et bonne raison qu’il n’a jamais été oublié.

Mendelssohn sera le premier, après Bach, à tenter l’expérience des préludes et fugues, mais il n’en compose que 6. Par contre, c’est lui qui remet Bach sur le devant de la scène lors de concerts. Ainsi, en février 1829, à Berlin, le quotidien Berliner Allgemeine Musikalische Zeitung, annonce à six reprises un concert majeur : « Un événement important et heureux est sur le point d’arriver pour le monde musical, mais d’abord pour Berlin. Dans les premiers jours de mars la "Musique de la Passion selon l’Évangéliste Matthieu" de Johann Sebastian Bach sera donnée sous la direction de Monsieur Félix Mendelssohn Bartholdy. L’œuvre la plus importante et la plus sacrée du plus grand musicien voit ainsi le jour après avoir été dissimulée pendant près d’un siècle, une grande fête de la religion et de l’art. »

Découvrez ci-dessus le neuvième épisode de la série Le clavier bien tempéré de Bach. Un regard sur l’origine et l’influence de cette œuvre centrale et essentielle, avec le pianiste Julien Libeer, le musicologue spécialiste de Bach Gilles Cantagrel et le musicologue Lothar Seghers.

Retrouvez tous les épisodes sur Auvio.

Sur le même sujet

Le clavier bien tempéré de Bach : Chostakovitch, dans les pas du maître baroque

Clavier bien tempéré

Le clavier bien tempéré de Bach : le génie d’avoir allié la liberté du prélude à la contrainte de la fugue

Clavier bien tempéré

Articles recommandés pour vous