Chronique cinéma

Avec "Elvis", Baz Luhrmann transforme le King du rock en icône pop

Les vacances d’été se profilent et avec elle, des sorties cinéma en famille ou encore amis. Nicolas Buytaers vous propose, pour la dernière fois de la saison, sa sélection des films sortis au cinéma.

Chronique cinéma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Elvis

C’était l’un des films événements du Festival de Cannes, la vie d’Elvis racontée par Baz Luhrmann, le réalisateur australien qui a dépoussiéré "Roméo et Juliette" mais aussi "Gatsby le magnifique" et qui a plongé le Moulin Rouge du Paris de la belle époque et du peintre Toulouse Lautrec dans un délire pop, rap et RnB. Baz Luhrmann raffole des anachronismes musicaux. Et cette année, il fait le buzz avec sa vision d’Elvis, icône rock qu’il transforme en icône pop, très bling bling avec des morceaux rap qui rythment cette vie d’abord marquée par le blues et le rythm’n’blues.

Baz nous raconte comment le colonel Tom Parker, le fameux manager du King, a manipulé la star, comment il s’est servi de lui, comment il l’a arnaqué. En plus ledit Parker, qui n’a de colonel que l’intitulé du grade, cache de viles addictions et autres douteux secrets. Le tout étant raconté avec un style bien à la Baz Luhrmann, soit un clip vidéo de 2h30, hyper dynamique (trop, parfois), hyper bruyant (trop, toujours) !

Si le colonel Parker est brillamment interprété par Tom Hanks, Elvis est joué par le jeune Austin Butler qui, selon Nicolas Buytaers, ressemble davantage à John Travolta qu’à Elvis Presley. Mais quel est le véritable intérêt d’un biopic ? Imiter et copier la réalité ou incarner et suggérer ? La question est posée avec ce film "Elvis" qui vous donnera plus que jamais l’envie de réécouter l’original !

Loading...

Buzz l’éclair

Nous avons fait la connaissance de Buzz l’Eclair, le ranger de l’espace en 1995. Cette année-là, un jeune garçon prénommé Andy reçoit, comme la plupart des garçons de son âge, un jouet qui fait fureur, un ranger de l’espace nommé Buzz l’éclair. Andy avait alors délaissé ses autres jouets comme Woody le cow-boy, qui était jusqu’alors le meilleur ami et le jouet préféré d’Andy.

Pas besoin de vous résumer plus ce film qui a bercé l’enfance de ceux qui sont nés dans les années 90, à savoir le génialissime "Toy Story" des Studios Pixar ! Et 27 ans plus tard, nous découvrons enfin film qui a fait de Buzz le jouet préféré de tous les enfants. C’est donc ça le point de départ de ce film d’animation. Donc, il faut bien avoir en tête la saga Toy Story pour réellement prendre du plaisir dans ce film. Un film à travers lequel, Buzz croise la route pour la première fois de son histoire du terrifiant Zurg !

Nicolas Buytaers reste mitigé face à ce Buzz, à la fois content et déçu. Content de retrouver ce héros, droit comme un "i", qui ne pense qu’à sa mission et à rien d’autre, ultra-procédurier, terriblement méthodique, totalement psychorigide. Déçu car film est très sérieux, trop sérieux même. En fait, là où Buzz est drôle, c’est quand son côté monomaniaque est confronté à la désinvolture d’un Woody. Là, les deux font la paire. Ils se complètent merveilleusement bien. Mais dans ce film, Buzz est un peu seul, figé, du Yin sans Yang, du Milan sans Rémo… Techniquement, l’animation est impeccable et les dessins intéressants mais ça manque d’âme, d’une véritable histoire qui tient la route et enfin une histoire davantage accessible aux petits qui ne vont pas comprendre grand-chose à ces voyages en hyper-vitesse qui remonte dans le temps.

Loading...

"355" en DVD

Ce film, c’est Mission Impossible mais sans Tom Cruise. Ce film, c’est la rébellion des James Bond Girls. Ce film, c’est Jason Bourne mais au féminin !

"355" raconte l’histoire de cinq espionnes issues d’agences du renseignement du monde entier qui unissent leurs forces et leurs talents pour sauver la planète d’une menace terroriste. Voilà donc un film d’action où le féminin l’emporte sur le masculin.

Ce film est terriblement efficace, divertissant, drôle par moments et sexy (toujours) mais il lui manque un petit plus pour être réellement bon. Faire la même chose que les hommes, pourquoi pas mais il aurait été plus malicieux de faire autre chose, de faire différemment. En attendant, le casting est dingue vu qu’il est composé de Jessica Chastain (également productrice), Diane Kruger, Penélope Cruz, Lupita Nyong’o et Bingbing Fan ! Tout cela est à découvrir en VOD, DVD et Blu-ray !

 

Loading...

Sur le même sujet

Elvis : ces artistes contemporains influencés par le King

Tipik - Pop Culture

Les critiques d’Hugues Dayez : "Elvis" un biopic ? Mieux, une fresque flamboyante sur l’Amérique

Critiques d'Hugues Dayez

Articles recommandés pour vous