Icône représentant un article video.

Cinéma - Interviews

Austin Butler : "J’ai tout lu, tout regardé, tout absorbé pour incarner une certaine vérité d’Elvis"

L'interview d'Austin Butler pour "Elvis"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans la mise en scène brillante de Baz Luhrmann, avec ses reconstitutions spectaculaires, on retiendra l’interprétation de haut vol de Tom Hanks pour le rôle du Colonel Parker, mais également celle d’Austin Butler : le jeune comédien a eu la lourde de tâche de se couler dans le personnage d’Elvis, le rocker mythique, toujours vénéré par des millions de fans.

L’interview intégrale d’Austin Butler

Austin, Elvis est bien plus qu’un chanteur, il est vraiment un mythe, donc comment peut-on jouer un mythe, incarner un mythe ?

Austin Butler : C’est le gros défi du film, parce qu’il est tellement vénéré ! Cela se passe en deux temps, soit il est considéré comme un dieu, et quand je suis allé à Tupelo à l’endroit où il est né, l’homme qui est le commissaire du musée et qui fait les visites guidées m’a avoué que beaucoup de gens entrent dans la maison et embrassent le sol, c’est incroyable, cette vénération ! Ou bien on le retrouve dans les costumes d’Halloween, ou il est le personnage du type qui fait les mariages à Las Vegas, mais tout cela ne vous montre pas quelle était la personnalité d’Elvis. Et pour moi, c’était le travail gigantesque de retirer toutes ces images d’Elvis, et retrouver les clefs de son humanité. J’ai tout absorbé, j’ai lu toutes ses biographies, j’ai écouté toutes ses interviews, et j’ai regardé toutes ses prestations en scène… Et de là se dégagent différents avis, et différentes vérités. Donc, pour moi il s’agissait de trouver la vérité que je voulais croire de lui, sa sensibilité, sa vulnérabilité… C’était un homme très spirituel. Et il était constamment en recherche, et je me suis demandé quel est le but de cette quête, quel était ce vide dans son âme, … Et tout cela venait aussi sans doute du fait qu’il avait eu un jumeau à la naissance qui était décédé : le premier contact humain qu’il avait eu dans sa vie, dans le ventre de sa mère, était ce frère jumeau, et soudain, tout le reste de sa vie il va devoir le passer sans cette autre moitié de sa vie. D’où ce sentiment de devoir vivre la vie de deux personnes et le sentiment de culpabilité de celui qui a survécu. Puis la perte de sa mère à un très jeune âge, c’est encore autre chose : lui et sa mère, ils étaient selon un psychologue, mortellement fusionnels, et aux yeux de sa mère, il est apparu comme un miracle dès le jour de sa naissance, après le décès de son jumeau. Et très jeune, il est devenu l’homme de la maison, quand son père est allé en prison. Donc, dans toutes ces facettes, je me sentais comme un détective qui cherchait le pourquoi et la vérité d’Elvis. Tout cela, c’est très intellectuel, parce qu’après j’ai dû me connecter physiquement, et avec mon âme, mes propres expériences, pour me rapprocher aussi personnellement que possible du personnage…

ELVIS

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

D’un point de vue technique, quel était le plus grand défi ? Trouver sa manière de bouger ? Sa manière d’interagir avec le public ?

Austin Butler : Trois choses me viennent à l’esprit, sa voix et comme elle a évolué pendant ces années, parce qu’il y a tellement d’imitations de sa voix, donc, il m’a fallu trouver la vérité de sa voix au fil des années. C’est devenu une obsession pour moi. Deuxièmement, ses mouvements et comment ils ont aussi évolué pendant des années. Physiquement, il a beaucoup changé. Je me retrouvais dans les années 70 à bouger comme il bougeait dans les années 50, parce que nous filmions par séquence, et je passais un jour dans les années 70 et le lendemain, dans les années 50 ! Et après dans les années 60, c’était des allers-retours constants ! Et troisièmement, avant d’en faire l’expérience, j’étais très nerveux à l’idée de monter sur scène devant 600 figurants, et soudain de se retrouver devant ce public, habillé avec sa combinaison, ou en cuir, ou quel que soit le costume, je ne savais pas ce que je ressentirais. Mais après m’être préparé pendant un an et demi, et d’être enfin monté sur scène, c’est devenu finalement mes journées préférées de tournage ! Parce que l’expérience du contact avec le public, quand vous êtes entouré par cette musique qui vous remplit l’âme, c’est vraiment une expérience extracorporelle, c’est une des expériences les plus marquantes de ma vie, ce tournage !

Sur le même sujet

Elvis Presley : des bijoux du Colonel Parker en vente aux enchères

Journal du Rock

Måneskin sort un clip pour sa reprise d’Elvis

Journal du Rock

Articles recommandés pour vous