Initiatives locales

Au revoir la voiture de fonction, bonjour le vélo d’entreprise !

03 août 2022 à 14:07 - mise à jour 12 sept. 2022 à 12:41Temps de lecture3 min
Par Arno Goies avec Matélé et Canal Zoom

Bon pour la santé et l’environnement, le vélo d’entreprise trouve de plus en plus d’adeptes chez nous. En parallèle, des sociétés de leasing vélo se développent en Wallonie afin de proposer une alternative financière à la voiture. Coup d’œil sur ces travailleurs et entreprises qui se sont laissés tenter !

C’est une nouveauté qui vient d’arriver à la maison communale de Rochefort. Depuis peu, la commune propose des vélos électriques de service à ses employés dans le cadre de leurs missions au travail. Et rapidement, ce moyen de transport a trouvé ses adeptes. " On s’est demandé si on allait faire cette distribution de toutes-boîtes à vélo ou en voiture et on s’est dit qu’à vélo on aurait moins à s’arrêter qu’avec une voiture ", explique Thomas Jeanmart, étudiant jobiste, à Matélé. " On s’est lancé dans l’aventure et on a fait 1000 boîtes aux lettres en un jour et demi. "

L’accès à ces vélos est donc vu positivement parmi les travailleurs. D’autant plus que Rochefort propose également des vélos de fonction à ses employés pour leur usage personnel, comme le détaille Louise Mertz, l’échevine de la transition écologique. " Nous avons deux objectifs : stimuler la santé physique de nos agents et promouvoir la mobilité douce. Pour avoir un vélo de fonction, pour un équivalent temps plein, la personne s’engage à aller au moins dix jours par mois à vélo au travail. Elle reçoit le vélo pour quatre à six mois et cette durée est renouvelable. "

Pour le moment, une seule employée de la maison communale a choisi le vélo comme véhicule de fonction mais la commune espère susciter un intérêt supplémentaire avec l’arrivée prochaine d’un parking à vélo sécurisé.

Un principe similaire à la voiture

Avoir un vélo de société ne signifie pas forcément abandonner la voiture de fonction. L’employeur peut choisir de mettre à disposition des membres de son personnel un vélo de société, seul ou éventuellement en combinaison avec une voiture de société. Il peut le céder gratuitement à l’employé, en plus de sa rémunération. Ou bien le proposer contre une légère diminution du salaire brut.

En général, le vélo de société fera l’objet de ce qu’on appelle un " leasing ". En résumé, l’employeur loue un vélo pour une durée déterminée auprès d’une société spécialisée, et le met à disposition de son employé pour son usage personnel. En plus de la location, le leasing inclut également une série de services, comme une assurance couvrant le vol et les dégâts matériels, une assistance en cas de panne, des équipements… Souvent, l’employé s’engage alors à utiliser son vélo pour au moins 20% de ses trajets domicile-travail mais cette obligation peut différer d’un cas à l’autre.

Et si le vélo est effectivement utilisé régulièrement pour ce type de déplacement, le travailleur ne devra pas payer d’impôt sur cet avantage dit " de toute nature ", contrairement à une voiture de société. En plus, il pourra éventuellement recevoir une indemnité de son employeur pour les trajets domicile travail effectués à vélo.

D'ailleurs, les chiffres montrent que le leasing de vélo a atteint un niveau record au premier semestre 2022. Selon la société de ressources humaines Acerta, sur base d’une analyse de données de 260.000 travailleurs, 1,3% des travailleurs de notre pays ont à leur disposition un vélo de leasing du travail. Cela représente une augmentation de 9,1% par rapport à l’année dernière, de 38,3% par rapport à 2020 et même de 127,2% par rapport à 2019.

" Le leasing de vélo n’a jamais connu un tel succès. Il s’agit non seulement d’un moyen écologique de se rendre au travail, mais les travailleurs peuvent également bénéficier d’un bel avantage financier pouvant aller jusqu’à 0,24 euro d’indemnité vélo par kilomètre effectivement parcouru. Environ 20% des travailleurs cyclistes reçoivent actuellement une indemnité de leur employeur pour se rendre au travail en pédalant ", souligne-t-on chez Acerta.

Des sociétés de leasing

Située dans le zoning industriel Ecolys de Namur, la société Mojo Vélo fait partie de ses entreprises qui proposent du leasing. Cette pratique, assez courante en Flandre depuis maintenant 10 ans, est peu répandue du côté wallon. Mais les deux associés de Mojo Vélo veulent l’implanter dans le sud du pays.

Du côté de l’entreprise, avoir des collaborateurs heureux et épanouis au travail, c’est toujours ce qui est recherché ", explique Laurent Costantiello, gérant de Mojo Vélo, à Canal Zoom. " Le vélo fait partie de ce package salarial et c’est un vrai plus que l’employeur peut proposer à ses salariés. Le collaborateur, il a la possibilité de venir travailler à vélo. C’est sain pour la santé et d’un point de vue économique, quand on voit le prix du carburant et d’une voiture, c’est nettement plus avantageux de pouvoir venir à vélo. "

Lancé depuis maintenant trois ans, Mojo Vélo permet aux employés de choisir leur vélo et l’équipement adapté à leurs besoins. Les deux associés travaillent déjà avec de nombreuses entreprises, dont plusieurs gembloutoises, comme Swegon ou CORIS Bio Concept.

MOJO Vélo vous propose un vélo de fonction

Sur le même sujet

Mobilité douce : quelles sont les nouvelles règles du Code de la route ?

Le 6/8

L'Italie va étendre et sécuriser son réseau cyclable

Voyages

Articles recommandés pour vous