Au Portugal, les patrons ne pourront plus contacter leurs employés en dehors des horaires de travail

13 nov. 2021 à 12:29Temps de lecture1 min
Par Estelle De Houck

Entre 613 et 9600 euros pour un e-mail ou un sms ? Au Portugal, c’est le prix à payer pour tout patron qui contacterait un employé après les heures de travail. Comme l’indique le journal portugais Publico, les entreprises doivent désormais s’abstenir de contacter les travailleurs pendant les périodes de repos.

Le parlement portugais a approuvé cette proposition début novembre. L’objectif : permettre aux employés de déconnecter. Cette loi entend également protéger la vie privée des travailleurs, malmenée par le télétravail.


►►► À lire aussi : Quel est l’impact du travail hybride, qui mélange distanciel et présentiel, sur les absences courte et longue durée ?


Attention, une exception est accordée aux patrons : "en cas de force majeure", ils sont autorisés à joindre leurs travailleurs. Mais pour toute autre circonstance, il s’agira d’une infraction administrative grave, allant de 613 à 9600 euros d’amende.

Quid de la Belgique ?

Qu’en est-il chez nous ? La Belgique dispose elle aussi d’une loi sur la déconnexion. Elle date de 2018 et contraint chaque entreprise à organiser une concertation sociale sur la déconnexion.

La situation diffère donc d’une société à l’autre… d’autant plus que la concertation ne garantit pas forcément un accord.

Sur le même sujet

Portugal : augmentations du salaire minimum et de celui des fonctionnaires

Dans une déclaration commune, employeurs et syndicats appellent à télétravailler

Articles recommandés pour vous