Diables Rouges

Au Mondial, les Diables Rouges n'ont jamais battu la France

Le résumé de France-Belgique (4-2), 28 juin 1986 (R. Laboureur)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 juil. 2018 à 10:24 - mise à jour 08 juil. 2018 à 10:24Temps de lecture3 min
Par Grégoire Mahieu avec Sylvain Rouquet

En deux confrontations, la Belgique s'est toujours inclinée face à la France lorsque les deux formations se sont rencontrées en Coupe du Monde. A deux jours de la demi-finale très attendue entre les Diables Rouges et les Bleus en Russie, retour sur ces deux précédents. En espérant que mardi soir le résultat soit tout autre.

1938 : Face au pays hôte, les Diables ne font pas le poids

Au Stade Olympique Yves-du-Manoir à Colombes, les Diables Rouges se font cueillir à froid dès la première minute par Emile Veinante (1’). Les Belges se font surprendre à nouveau au quart d’heure de jeu lorsque Jean Nicolas fait le break (16’). La sélection 'noir, jaune, rouge' revient dans la rencontre avant la pause grâce à Henri Isemborghs (38’) mais ne parviendra jamais à recoller au score et voit même Jean Nicolas s’offrir un doublé à vingt minutes du terme (69’).

La Belgique n’a pas fait le poids contre les Bleus et quitte ce Mondial dès son premier match de phase finale.

 

Les compositions des équipes :

France : Laurent Di Lorto - Hector Cazenave, Etienne Mattler - Jean Bastien, Gustave Jordan, Raoul Diagne - Alfred Aston, Oscar Heisserer, Jean Nicolas, Edmond Delfour, Emile Veinante

Belgique : Arnold Badjou - Robert Paverick, Corneel Seys - John Van Alphen, Emile Stijnen, Alphonse De Winter - Charles Vanden Wouwer, Bernard Voorhoof, Henri Isemborghs, Raymond Braine, Fernand Buyle

1986 : Les Bleus privent les Diables du podium

Le premier tour des Diables Rouges au Mexique est plus que décevant. Cela commence par une défaite (2-1) face au pays organisateur le 3 juin à l'Estadio Azteca de Mexico devant près de 115.000 personnes. Cinq jours plus tard, les Diables Rouges assurent cependant l'essentiel contre l'Irak en s'imposant péniblement (2-1). Cela sent déjà l'élimination et le retour à Bruxelles. Toutefois, au bout d’un partage peu flatteur contre le Paraguay (2-2), les Diables Rouges fait partie des quatre meilleurs troisièmes et se hissent péniblement en huitièmes de finale.

Qualifiée de justesse, la sélection 'noir, jaune, rouge' ne se fait guère d’espoir d'aller plus loin sachant que son prochain adversaire est ... l'URSS des Blokhine, Dasaev ou encore Zavarov et Belanov. Pourtant, les Diables déjouent les pronostics. Au bout de la prolongation, les Belges réalisent un véritable exploit (2-2, 4-3 après prolongation) pour s’inviter en quarts de finale.

Au tour suivant, c’est la séduisante Espagne qui attend les hommes de Guy Thys. Galvanisés par leur prestation précédente, les Diables poursuivent sur leur lancée et éliminent la Roja aux tirs au but (1-1, 5-4 aux tirs au but). La Belgique est en demi-finale !

Dans le dernier carré, l’Argentine de Diego Maradona, futur champion du monde, est bien trop forte pour une Belgique épuisée physiquement (2-0). Les Diables affrontent donc la France lors de la finale de consolation.

Si les Diables ouvrent le score par Jan Ceulemans après dix minutes (11’), les Bleus reprennent l’avantage avant la pause grâce à Jean-Marc Ferreri (27’) et Jean-Pierre Papin (43’).  A vingt minutes du terme, Nico Claesen relance la Belgique (73’). Pour la troisième fois dans ce tournoi, les protégés de Guy Thys doivent passer par la prolongation. Trop c’est trop ! Plus frais physiquement, les Français s’offrent la médaille de bronze après les buts de Bernard Genghini (104’) et de Manuel Amoros (111’).

Ce revers face aux Bleus n’enlève rien à la formidable épopée mexicaine des Diables Rouges qui sont accueillis comme des héros nationaux quelques jours plus tard à Bruxelles.

 

Les compositions des équipes :

France : Albert Rust - Michel Bibard, Yvon Le Roux, Patrick Battiston, Manuel Amoros - Jean-Marc Ferreri, Jean Tigana, Philippe Vercruysse, Bernard Genghini - Bruno Bellone, Jean-Pierre Papin

Belgique : Jean-Marie Pfaff - Eric Gerets, Michel Renquin, Stéphane Demol, Georges Grün, Patrick Vervoort - Enzo Scifo, Raymond Mommens, Jan Ceulemans - Nico Claesen, Danny Veyt

Le Parcours des Diables Rouges au Mexique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement