RTBFPasser au contenu
Rechercher

Terrorisme: niveau d'alerte relevé, les militaires déployés à Brussels Airport

Terrorisme: niveau d'alerte relevé, des services de sécurité plus présents
17 nov. 2015 à 01:01 - mise à jour 17 nov. 2015 à 13:40Temps de lecture2 min
Par RTBF avec agences

Le Conseil national de sécurité a pris connaissance lundi soir du relèvement du niveau d'alerte terroriste sur l'ensemble du territoire, sur base d'une nouvelle évaluation de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM). Une présence plus importante des forces de l'ordre sera dès lors en vigueur dans le pays, a fait savoir le porte-parole du Premier ministre Charles Michel. Ce sera notamment le cas à l'aéroport de Bruxelles-National où des militaires seront déployés.

Ces mesures ont été prises alors que le niveau d'alerte terroriste est passé de 2 à 3 sur une échelle de 4, qualifiant la menace de "possible et vraisemblable". Le Conseil de sécurité national s'est dès lors réuni lundi soir à l'initiative du Premier ministre afin de prendre connaissance de l'évaluation de l'OCAM.

Le porte-parole du Premier ministre indique que des "mesures générales relatives à la sécurité" ont été prises. Le cabinet du chef du gouvernement a indiqué que cela implique une présence accrue des services de sécurité sur l'ensemble du territoire, sans donner plus de précisions à ce sujet. A la suite du relèvement du niveau d'alerte, il a été décidé lundi soir d'annuler la rencontre de football Belgique-Espagne qui devait se tenir au Stade Roi Baudoin mardi soir et à laquelle près de 50 000 personnes devaient assister.

Une décision plus que justifiée selon le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA): "Hier soir, on a eu une réunion du Conseil National de Sécurité et, là, l’OCAM a présenté, sur base d’une nouvelle analyse, qu’on devrait augmenter le niveau de menace au niveau 3 général pour tout le pays. Il est clair que, quand on recherche un suspect, qu’on évalue comme dangereux, ça a une influence sur le niveau de menace. Mais je pense que quand on réalise ce qu’il s’est passé à Paris il y a quelques jours, nous nous devions de prendre nos responsabilités. J'imagine que les supporters sont déçus. On va devoir augmenter les mesures de sécurité partout dans le pays, il ne faut pas chercher le danger. Donc, dans cette analyse-là, on a décidé de ne pas laisser organiser le match de ce soir".

L'armée également dans les grandes villes

Jusqu'à 300 militaires en plus des 220 déjà mobilisés seront donc déployés dans les rues en Belgique, principalement dans les grandes villes, à la suite du relèvement du niveau de la menace terroriste.

La police a demandé, à titre temporaire et ponctuel, un appui supplémentaire de la Défense pour la surveillance statique de certains lieux. La Défense déploiera des militaires supplémentaires, en priorité dans les grandes villes, selon un communiqué du Premier ministre Charles Michel.

"Ce mardi, jusqu'à 300 militaires supplémentaires, en plus des 220 actuels, seront déployés. Au total, jusqu'à 520 pourront être déployés. Dans les prochains jours, la police et le Centre de crise évalueront de manière constante la situation et la capacité nécessaire. Les lieux exacts dans lesquels les militaires apporteront leur soutien seront déterminés par la police".

L'engagement de militaires doit permettre à la police de se concentrer de manière optimale sur ses missions policières, dans le contexte d'un niveau général de menace relevé à 3, justifie le chef du gouvernement.

Les modalités qui prévalent sont les mêmes que celles prévues en mars 2015, à savoir l'engagement - temporaire et en appui à la police - de militaires à des fins de surveillance statique de lieux, bâtiments ou périmètres sensibles.

Une réunion du "comité supérieur de concertation", qui rassemble les autorités politiques et les syndicats policiers reconnus, est programmée mercredi matin, rapportent mardi ces derniers. Le déploiement des agents de police y sera discuté.