Athlétisme

Athlétisme : Rudisha de retour à l'entraînement en vue des JO de Tokyo

David Rudisha lors des JO de Rio en 2016
10 mars 2020 à 14:36Temps de lecture1 min
Par Amélie Hypersiel avec AFP

Après des blessures, une vie nocturne agitée et un grave accident où il a frôlé la mort, le roi kényan du 800 m David Rudisha est de retour à l’entraînement et espère marquer l’histoire cet été aux Jeux olympiques de Tokyo. A 31 ans, il espère devenir le premier homme à remporter trois fois de suite le 800 mètres aux Jeux olympiques.

"Si j’intègre l’équipe, que je me qualifie pour la finale, oui je dirais que j’ai le potentiel de remporter une médaille d’or, ou du moins une médaille", a-t-il expliqué à la BBC récemment.

Mais qu’il est loin le temps où cet athlète à la foulée exceptionnelle battait le record du monde en finale des Jeux olympiques de Londres en 2012 en 1 min 40 sec 91 !

Après son deuxième titre à Rio en 2016, quatre années frustrantes ont suivi pour le coureur, absent des compétitions depuis juillet 2017, avec notamment des blessures récurrentes.

Des problèmes extra-sportifs

"La piste me manquait et cela m’a manqué de ne pas m’entraîner ces deux dernières années. Quand je m’entraîne, je sens que je fais ce que j’aime vraiment, ce qui me passionne", a-t-il dévoilé.

Rudisha a notamment souffert de problèmes extra-sportifs comme la perte l’an dernier de son père Daniel Rudisha, médaillé d’argent du relais 4x400 m aux Jeux de Mexico, en 1968.

Le double champion du monde de 800 mètres avait aussi confessé par le passé avoir pris du poids, cherchant "un peu de distraction dans la destruction".

"Je n’ai jamais directement parlé du fait de faire la fête mais, vous savez, juste d’avoir une vie sociale, comme tout le monde a le droit d’en avoir une, a-t-il souhaité corriger. Je n’ai jamais signifié faire des choses extrêmes, ce n’est pas ce que je fais."

Rudisha est chanceux de pouvoir rêver de marquer l’histoire de l’athlétisme : l’an dernier sa voiture a percuté de plein front un bus qui circulait du mauvais côté de la route. Physiquement, il s’en est sorti indemne, mais des séquelles psychologiques persistent. "C’était vraiment horrible et effrayant", a-t-il confié. "M’en sortir sans une égratignure était comme un miracle."

Articles recommandés pour vous