Anti-inflammatoire, anti-cancéreux... le curcuma, épice miracle ou arnaque?

Les bienfaits du curcuma : le vrai du faux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 janv. 2019 à 18:45Temps de lecture1 min
Par RTBF

Le curcuma est une plante qui nous vient du Sud de l’Asie. C’est une épice très populaire surtout dans la cuisine. Mais, le saviez-vous, elle est aussi de plus en plus recherchée pour ses vertus santé. Utilisé depuis des millénaires dans les médecines traditionnelles chinoise et indienne, elle intéresse depuis peu l’Occident. Elle est devenue une star parmi les ingrédients censés soigner de manière naturelle. Consommée en poudre, en boisson ou sous la forme du rhizome frais, on lui prête des propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes et même anti-cancéreuses.

Alors le curcuma est-il vraiment une épice miracle ? Pour le savoir, nous n'avons pas hésité une seconde à nous plonger dans les profondeurs d'une jungle tropicale (celle du jardin botanique de Meise). Notre quête est rapidement récompensée. Curcuma Longa, de son nom latin, n'impressionne pas beaucoup à première vue. Elle s’apparente plutôt à une plante herbacée.

En fait, c’est sous terre que tout se passe, dans ses rhizomes, ses tiges souterraines qui contiennent des réserves. Les rhizomes, une fois bouillis puis séchés et réduits en poudre deviennent le fameux curcuma, une épice d’un jaune orangé intense à la base de célèbres préparations condimentaires comme le curry, le Chutney ou le Colombo. Il s’utilise pour colorer et parfumer nos soupes, tajines, pommes de terre ou riz.

Mais aujourd’hui, décliné sous forme de gelules, d'huiles essentielles et associée notamment au poivre noir, il serait un anti-inflammatoire aussi puissant que l'ibuprofène, un puissant anti-oxydant et même un anti-cancéreux.

La curcumine, principe actif principal de l'épice, a donc éveillé l'intérêt des pharmacologues. Ils ont conduit des milliers d'études in vitro et sur l'animal mais aussi 120 essais cliniques pour cerner ses effets en vue d'en faire un médicament. Or, une synthèse de tous ces travaux, parue le 11 janvier 2017 dans la revue Journal of Medical Chemistry conclut à un flop monumental. Tout au plus, le curcuma a un effet placebo, autrement dit un effet purement psychologique. Reste, l'épice et ses effets digestifs avérés à consommer sans modération.

Sur le même sujet

Le safran : un anti-dépresseur?

On n'est pas des pigeons