Regions

Anneessens 25, club de futsal, ciment de tout un quartier

L'équipe dirigeante d'Anneessens 25.
25 mars 2015 à 15:18Temps de lecture1 min
Par François Heureux

Depuis plusieurs semaines, Anneessens 25 est au centre d’un véritable buzz sur les réseaux sociaux. Les vidéos de ses matches battent tous les records. L’exploit en huitième de finale de Coupe contre Waremme a même été vu plus de 77 000 fois.

"Tout le monde est sur le même pied d'égalité. Il n'y a pas de capitaine ni d'attaquant. Tout le monde joue et on essaie d'avoir un esprit solidaire dans l'équipe et à côté. Je pense que c'est ce qui a créé le buzz et qui nous a vraiment permis de gagner contre Waremme", confie Moustafa Rezki, à la fois joueur et secrétaire d'Anneessens 25.

L’aventure débute en 1980 lorsque Philippe Heymans, le prêtre de l’église toute proche crée un club de mini-foot pour rassembler les jeunes de ce quartier populaire. Après une interruption, le club reprend vie en 2005 sous l’impulsion de quatre frères et d’une bande de copains d’enfance.

Anneessens 25.

"Nous, on essaie de perpétuer l'oeuvre de Père Philippe au travers tout ce qu'il a transmis, les valeurs de respect, de tolérance et de solidarité. C'est un travail effectué au quotidien dans la rue. C'est un véritable travail social qui est réalisé avec le club d'Anneessens 25", explique Moustafa Rezki.

C’est une véritable petite famille qui encadre 5 équipes de jeunes sans l’aide de sponsors, et avec très peu de subsides. Mais gare à parler d’exemple pour la jeunesse.

"C'est plus une responsabilité vis-à-vis de ces jeunes. On a remarqué que, lorsque le club a cessé ses activités pendant une certaine période, la délinquance a augmenté dans le quartier et beaucoup de jeunes sont partis en cacahuète. On a donc voulu dans un premier temps relancer le club et ensuite encadrer les jeunes", souligne Ali El Makhouki, joueur et trésorier d'Anneessens 25.

Malgré le décès de son fondateur en 2007, l'équipe actuelle poursuit le travail… Ce club, c’est l’âme d’un quartier qui vibre aux exploits d’une bande de copains.

Autre particularité, l’entrée aux matches est gratuite pour les jeunes, voire d’un euro symbolique. C’est ça aussi l’esprit Anneessens 25.

P. Scimè

Articles recommandés pour vous