Musique

Angèle parle de désir et se confie sur son rapport à la sexualité

11 mars 2022 à 10:28Temps de lecture2 min
Par Anaïs Pletinckx

Dans le documentaire de TMC "Désir : ce que veulent les femmes", la journaliste et chroniqueuse sexo Maïa Mazaurette a interrogé Angèle sur son rapport au désir.

Loading...

Diffusé dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes ce mardi 8 mars, le documentaire brise le tabou du plaisir féminin. Chroniqueuse sexologie pour Quotidien avec Yann Barthès, Maïa Mazaurette est partie à la rencontre de personnes connues ou moins connues pour explorer les facettes du désir et surtout donner la parole aux femmes dans un documentaire de 90 minutes.

Angèle fait aussi une apparition dans le documentaire pour confier que le désir peut être basé sur le physique mais aussi sur l’attirance intellectuelle. Il était essentiel pour la journaliste de l’interroger dans ce cadre : "Elle ouvre plusieurs portes et elle est très difficile à attaquer dans la mesure où elle chante bien, qu’elle est sympa et qu’elle est jolie. C’est difficile de trouver des choses à lui reprocher (rires). Donc c’est un vrai rôle-modèle à la limite du Queer et c’est plutôt chouette ! […] il se trouve qu’elle match parfaitement les deux aspects de notre documentaire." confie Maïa au magazine Gala.

Dans un extrait de l’interview, Angèle ne se rappelle pas la première fois où elle a ressenti du désir. Par contre elle a d’autres souvenirs plus clairs : "mais je sais qu’il y avait des images qui me perturbaient, comme la Petite Sirène", poursuit-elle, "ce n’était peut-être pas ce que je désirais avoir, mais ce que je désirais aussi un peu être ; mais je sais que ça me fascinait et il y avait quelque chose de l’ordre du désir".

Angèle et la journaliste sortent assez vite des sentiers battus pour évoquer le désir "hors cadre". A la question "Le désir peut s’éloigner complètement de ces codes assez rigides ?" Angèle répond entre autres : "moi, quand j’ai découvert le monde lesbien, j’ai vu que les femmes étaient beaucoup plus douces avec elles, que le physique passait après, et ça, ça m’a libérée… de ressentir que moi aussi je pouvais me déconstruire là-dessus en fait". Pour la chanteuse, se déconstruire passe par se questionner sur ces choses établies, codifiées et réglementées pour trouver son propre chemin : "Quand on se déconstruit on déconstruit forcément son désir, sa façon de désirer et sa façon de penser".

Loading...

Sur le même sujet

Angèle a démarré le Nonante-cinq Tour : images et réactions

Musique

Angèle pose pour un célèbre magazine américain (et les photos sont incroyables)

Musique

Articles recommandés pour vous