Coupe du Monde 2022

Amnesty International interpelle fédérations et clubs sur les droits de l'Homme au Qatar

Qatar 2022 : des chantiers qui posent question

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 juin 2020 à 10:39Temps de lecture1 min
Par Belga

Amnesty International veut que les fédérations nationales de football et les clubs prennent position sur les violations des droits de l'homme au Qatar, le pays hôte du Mondial 2022.

"Pour le moment, il y a peu de réaction et cela doit changer", a déclaré Regina Spöttl, experte des pays du Golfe pour Amnesty International au journal Süddeutsche Zeitung. "Un grand événement comme le Mondial ne peut pas avoir lieu sur le dos de deux millions de travailleurs immigrés."

Plus tôt dans la semaine, Amnesty International rapportait qu'une centaine de travailleurs étrangers qui construisent les stades pour la Coupe du monde attendent leur salaire depuis des mois. L'organisation des droits de l'Homme a soulevé la question auprès des autorités qataris, de la FIFA et du comité d'organisation.

"Le Qatar est toujours un pays qui propose un salaire faible pour les travailleurs immigrés avec 300 dollars par mois", a ajouté Spöttl, citée dans le quotidien allemand. "Le système de Kafala, qui limite la liberté de circulation des travailleurs, n'est plus souvent mentionné mais existe encore. Les ouvriers sont souvent contrôlés et peuvent être victime de chantage."

"Ces dernières années, le gouvernement a fait de grandes avancées pour la réforme du système de travail dans notre pays", a réagi le gouvernement du Qatar. "Il reste des problèmes à surmonter, tels que l'attitude et le comportement d'une petite minorité. Cela prend du temps, mais nous continuons à nous battre pour cela."

Le Mondial qatari débutera le 21 novembre 2022.