Monde

Affaire Bygmalion: 58 fausses factures adressées l'UMP sont rélévées

Passé aux aveux, Jérôme Lavrilleux (ancien directeur de campagne adjoint de Nicolas Sarkozy), a confirmé que 15 millions d'euros utiles à la campagne de Nicolas Sarkozy ont été payés par l'UMP de Jean-François Copé.
21 juin 2014 à 14:42Temps de lecture1 min
Par Amandine Degand

C'est le journal Libération qui a révélé l'existence des factures truquées, le 14 mai dernier. Mais c'est aujourd'hui Médiapart qui publie l'intégralité de ces documents compromettants

On apprend ainsi qu'une réunion de l'UMP sur les "printemps africains" a été surfacturée à près de 558 000 euros, alors qu'elle avait en réalité coûté moins de 122 000 euros. D'autres réunions ont tout bonnement été inventées de toutes pièces. Au programme de ces réflexions fictives : "La revalorisation du travail", "Les finances publiques" ou encore "l'homoparentalité".

Face à ces meetings imaginaires, les auteurs de l'article publié dans Médiapart ironisent : "En pleine campagne présidentielle, un parti ne réfléchit plus, il s'exécute". 

Et Médiapart ne s'arrête pas en si bon chemin. D'autres bizarreries dans les caisses du parti sont pointées par le site, comme le fait que le président du groupe UMP de l’Assemblée aurait secrètement " prêté " 3 millions d’euros au parti de Jean-François Copé, en 2012. Les députés de l'Assemblée n'ont pas été informés de ce "prêt" d'argent censé servir au travail parlementaire.  

Décidément, l'audit du parti dirigé par Jean-François Copé n'en a pas fini de révéler des étrangetés. 

Cela n'a pas empêché ce dernier de porter plainte contre X, avant de démissionner de la présidence de son parti le 6 juin dernier.

Au milieu de ce florilège de plaintes de la part des différents protagonistes et une "opération vérité" menée par certains chevaliers blancs de l'UMP, les responsabilités - dont celles, présumées, de Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy - semblent loin d'être attestées. 

A. Dg. 

 

Sur le même sujet

17 millions de frais de campagne de Sarkozy dissimulés aux contrôles

Monde