RTBFPasser au contenu
Rechercher

Grève au TEC: piquets levés à Namur-Luxembourg, BW, La Louvière et Liège-Verviers

Grève de la TEC : Confusion et contrastes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

03 juin 2016 à 04:39 - mise à jour 03 juin 2016 à 17:53Temps de lecture4 min
Par RTBF avec Belga

Depuis 14h ce vendredi, différentes assemblées générales des TEC se sont tenues aux 4 coins de Wallonie. Les transports en commun sont à l'arrêt. Les syndicats devaient statuer sur le maintien ou non du mouvement au-delà de ce vendredi. 

L'assemblée générale de La Louvière à déjà eu lieu dans la matinée. Les dépôts ne sont désormais plus bloqués, certaines perturbations pourraient cependant persister ce week-end. La situation serait sensiblement la même à Mons. Une prochaine réunion est prévue lundi matin.

À Charleroi, il y a eu un vote houleux et à main levée à l'assemblée générale du TEC. Le vote était serré entre partisans de la reprise et opposants. La CGSP a décidé de maintenir le blocage, la situation pourrait donc être tendue samedi matin entre les agents souhaitant prendre leur service et ceux voulant maintenir le blocage.

À Mons-Bassins, Tournai et Eugies, le piquet ne sera pas levé.

À Namur-Luxembourg, le travail reprendra samedi matin. Dans le Brabant wallon, la grève est également suspendue dès samedi. Les chauffeurs qui le souhaitent peuvent néanmoins rester en grève durant le week-end.

À Liège-Verviers, le vote s'est déroulé sur bulletin papier, et l'assemblée a voté la reprise du travail. "Cela veut dire que le travail va effectivement reprendre, qu'il n'y aura plus de piquets pour empêcher les personnes qui souhaitent travailler de le faire. Mais par contre, les affiliés de la CGSP étant toujours couverts par un préavis de grève, il risque néanmoins d'y avoir encore quelques perturbations sur le réseau" précise la porte-parole du TEC Liège-Verviers.

Paralysie

Les transports en commun demeuraient majoritairement à l'arrêt vendredi à matin en province de Liège, à l'exception des véhicules opérant depuis le dépôt d'Eupen, a fait savoir Carine Zanella, porte-parole des TEC Liège-Verviers.

Plusieurs chauffeurs du dépôt de Verviers ayant travaillé jeudi soir voulaient prendre leur service vendredi matin, mais des militants de la CGSP "en nombre important" ont bloqué le site, a-t-elle ajouté.

Tous les dépôts, à l'exception de celui d'Eupen, sont bloqués par un piquet de grève ou par des véhicules en obstruant l'entrée.

En grève depuis mardi, plusieurs travailleurs ont bloqué l'accès au dépôt de Verviers pour la première fois de la semaine vendredi matin. Les délégués CGSP espèrent pouvoir sensibiliser plus de personnel en attendant le vote de cet après-midi.

"Du côté des politiques, il n'y a rien de neuf. Nous pensions que notre initiative aurait une plus grande ampleur et toucherait d'autres milieux que les TEC. Nos revendications restent claires et les travailleurs sont, pour l'instant, déterminés à continuer. Mais les finances peuvent devenir un argument pour décider si la grève continue ou non", explique Fabian Quintiens, délégué CGSP.

Seul le dépôt d'Eupen assure encore ses services. Du côté du département INFOTEC de Robermont, à Liège, aucun employé n'a pu accéder aux bureaux depuis mardi matin. Selon la CGSP, personne n'a tenté de pénétrer sur le site jeudi. Il devrait en être de même pour ce vendredi, en attendant le résultat des votes.

En Hainaut

Aucun bus n'est sorti vendredi matin des dépôts TEC de la province du Hainaut. Dans la région d'Ath, la situation est normale.

Du côté de La Louvière, 5 bus sur 80 sont sortis. Pourtant il n'y a pas de piquet de grève.

La paralysie restait totale dans les dépôts importants de la province du Hainaut. Seuls quelques bus sont sortis des petits dépôts de Casteau et de Roisin (Honnelles).

Un piquet de grève a été installé très tôt ce vendredi matin par la CGSP devant les dépôts de Tournai et de Mouscron, empêchant de la sorte toute sortie de véhicule. En nette minorité dans ces deux régions, les bus appartenant à des sociétés privées roulent tout à fait normalement.

"Aucun bus de la régie n'est sorti ce matin. Cela concerne pour ce matin 29 chauffeurs à Tournai et neuf conducteurs à Mouscron. Cet après-midi, cette grève concernera 22 chauffeurs à Tournai et neuf conducteurs à Mouscron. Le personnel est actuellement en réunion pour savoir la suite à donner à cette grève mais rien ne roulera aujourd'hui", indiquait vers 6h un membre du personnel du dépôt de Tournai.

Dans la région d'Ath, les lignes TEC sont desservies par des sociétés privées qui circulent tout à fait normalement.

En province de Namur, 40% de bus en service

Seulement 40% des services de bus TEC sont assurés vendredi en province de Namur et 80% le sont en province de Luxembourg. La situation est donc identique à celle de jeudi, a indiqué Nora Sli, porte-parole des TEC Namur-Luxembourg. La situation pourrait évoluer en cours de journée et ces prochains jours puisque les chauffeurs grévistes se rassembleront en assemblée générale à la mi-journée.

De nombreux bus ne sont pas sortis de leurs dépôts. Jeudi déjà, des piquets de grève avaient été placés au dépôt de Malonne-Bauce, le plus important du Namurois, empêchant les conducteurs de prendre leur service. Une centaine d'entre eux avaient d'ailleurs pris part à une action de protestation dans les rues de Namur avant qu'une délégation ne soit reçue par le patronat de la Société régionale wallonne du transport (SRWT) à Jambes.

Les utilisateurs des bus TEC peuvent continuer de se renseigner sur les lignes en service sur www.infotec.be. Les voyageurs pourront réclamer un remboursement partiel de leur abonnement mensuel ou annuel au vu des jours de grève consécutifs qu'ils ont subis. Ils ont jusqu'à deux mois pour le faire.