Belgique

Accord de principe entre le gouvernement fédéral et Engie en vue de prolonger l’exploitation des réacteurs nucléaires Doel 4 et Tihange 3

22 juil. 2022 à 05:54Temps de lecture2 min
Par Miguel Allo avec agences

Des discussions entre le gouvernement fédéral et Engie étaient en cours depuis mars 2022 en vue de prolonger l’exploitation des réacteurs nucléaires Doel 4 et Tihange 3 pour une période de dix ans.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) communiquait ce matin sur les réseaux sociaux : "Un 1er accord de principe est intervenu entre l’État belge et Engie sur la prolongation des centrales nucléaires de Doel 4 et Tihange 3. Le gouvernement belge prend ses responsabilités pour que notre pays puisse maîtriser son approvisionnement énergétique." Il ajoute : "Cet accord est une 1e étape cruciale et une marque de confiance majeure entre les deux parties. Objectif : parvenir à un accord final d’ici la fin 2022 afin que notre pays soit assuré de disposer d’une quantité suffisante d’électricité vu le contexte géopolitique instable."

Loading...

Selon un communiqué :"Les discussions sur la prolongation de la durée de vie de Doel 4 et Tihange 3 se déroulent de manière constructive. Dans un accord de principe conjoint, l’État belge et Engie ont convenu des modalités concernant l’approche future, le timing et le cadre des négociations."

De son côté, le groupe Engie a confirmé dans un communiqué avoir signé une "déclaration d'intention non contraignante" avec l'État belge "pour évaluer la faisabilité et les conditions d'un renouvellement des deux réacteurs nucléaires les plus récents, Doel 4 et Tihange 3".

Des modifications géopolitiques majeures en Europe

Une annonce qui intervient dans un contexte : "de modifications géopolitiques majeures en Europe, à savoir la guerre en Ukraine, l’impact de cette guerre sur l’approvisionnement en gaz des pays voisins, l’indisponibilité imprévue de plusieurs centrales nucléaires françaises et l’impact de tous ces éléments sur l’approvisionnement en électricité de la Belgique."

De ce que l’on sait, "les deux parties sont disposées à discuter et à convenir des conditions de démarrage des réacteurs en novembre 2026" à condition que les autorités de sûreté donnent leur approbation.

Dans le cadre tel qu’annoncé, l’Etat Belge ne sera pas exploitant et : "une structure stable et durable dans laquelle l’État belge et Engie partagent les risques comme les bénéfices par le biais d’une nouvelle société à créer." Engie précise à ce sujet d'une nouvelle entité pour les deux centrales nucléaires, avec un actionnariat à 50/50 entre l'État belge et Electrabel.

Enfin, les coûts de démantèlement des centrales nucléaires, et de gestion des matières fissiles et des déchets radioactifs sont supportés par l'exploitant, précise le communiqué. "Les coûts de gestion des déchets et du combustible nucléaire usé seront déterminés après une étude, à l'issue de laquelle les discussions s'engageront autour d'un " cap " et d'une prime de risque à définir. "

La prolongation de Doel 4 et Thiange 3 représente au total une capacité nucléaire de 2 GW.

En attendant, les discussions vont se poursuivre : "dans la même atmosphère constructive".

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) et la ministre fédérale de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Groen) donneront de plus d’amples informations lors d’une conférence de presse prévue à 9h30 ce vendredi.

Sur le même sujet :

Journal Télévisé du 23/07/2022

Sur le même sujet

Le gouvernement fédéral augmente fortement la dotation de Bpost

Belgique

Prolonger Doel 3, ça servirait à quoi ?

Belgique

Articles recommandés pour vous