Regions Liège

A Liège, le confinement en plein air pour les SDF

Liège: le confinement des plus démunis

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

11 avr. 2020 à 15:32 - mise à jour 11 avr. 2020 à 15:32Temps de lecture2 min
Par Barbara Schaal, Maxime Dumoulin

Depuis le début du confinement, le quotidien est particulièrement difficile pour les sans domiciles fixes. La plupart des abris de jour et de nuit sont fermés, impossible de récupérer les surplus des restaurants qui affichent eux aussi portes closes, difficile de mendier… A Liège, la Ville et le CPAS ont décidé de rassembler les SDF dans un parc de la ville, le parc Astrid. Ils sont logés dans des tentes individuelles.

Au moins on n’a pas besoin d’aérer notre maison

Un peu de lait et quatre sucres : en matière de café les habitudes de Mike n’ont pas changé et les animateurs qui assurent le service les connaissent déjà. A part ce minuscule détail, le quotidien de Mike, comme celui de tous les Belges, est chamboulé depuis trois semaines."C’est le confinement", martèle ce SDF liégeois en détachant soigneusement chaque syllabe.

En guise de confinement, une septantaine de tentes individuelles qui ont poussé dans le parc Astrid, un espace vert aux confins de la ville de Liège. Des tentes fournies par la Ville, relativement espacées les unes des autres. Repas, collations, douches et permanence médicale en semaine sont proposés aux occupants du parc.

Les gens boivent et se promènent comme des zombies

Et Mike veut y croire : ici il est à l’abri. "En fin de compte on a plus de chance que les gens qui sont dans les maisons puisqu’on est à l’air libre toute la journée. Au moins on n’a pas besoin d’aérer notre maison, on a tout, on est bien".

Un avis que ne partagent pas tous les "résidents" du parc. "C’est pas un endroit pour vivre", s’indigne Paul-Yves, qui dénonce une solution de fortune. "C’est vrai qu’ici il y a un service social et médical mais à part ça, les gens sont livrés à eux-mêmes. Ils boivent et se promènent comme des zombies".

Chaque jour, travailleurs et bénévoles distribuent de quoi manger aux SDF.
Chaque jour, travailleurs et bénévoles distribuent de quoi manger aux SDF. RTBF

Il est vrai que pour la Ville de Liège, la priorité est aujourd’hui sanitaire. Il s’agit avant tout d’éviter la propagation du virus et la lutte contre la pauvreté passe pour le moment au deuxième plan. "Mais les besoins de base – manger, se laver, se mettre à l’abri- restent assurés", tempère Michel Biémart, éducateur au CPAS de Liège. Il concède toutefois un certain "manque de confort", mais estime que la tente a l’avantage d’offrir "un espace pour se confiner et se sentir un peu chez soi avec quelques aménagements personnels".

Chaque jour, quatre à cinq éducateurs sont présents sur le site. Du personnel de la ville, du CPAS, du relais social, de la Province, mais aussi des bénévoles. L’une de leurs grandes missions, en plus de la distribution des repas : ressasser encore et encore les règles sanitaires, la fameuse distanciation sociale notamment. "Ça n’est pas facile à faire appliquer ici", reconnaît Michel Biémart. "Mais ça commence tout de même à être assimilé".

Les besoins de base restent assurés

Chaque matinée, en semaine, une permanence médicale est assurée. Les occupants du parc ont notamment la possibilité de se faire dépister au Covid-19. Les personnes malades sont isolées et installées dans un bâtiment à proximité immédiate : les halles des foires. "Pour l’instant, trois personnes sont là-bas", indique Laurence Comminette, porte-parole du collectif Astrid 2020, composé de la Ville de Liège, du CPAS, de la Province et du relais social. Le site, mis en place par ce collectif, est géré au quotidien par la Croix Rouge. Dans les cas les plus graves, les malades sont évidemment transportés à l’hôpital.

Quelque 90 personnes bénéficient chaque jour des services proposés dans le parc et parmi elles, environ 80 ont déjà subi un test de dépistage.

Articles recommandés pour vous