Par Ouï-dire

A la rencontre de celles et ceux qui ont recours au "secret" pour soigner

Par Ouï-dire

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

'Le secret' contre les brûlures, pour couper les hémorragies, faire disparaître les verrues, soigner les entorses… ça existe vraiment ? Tizian Büchi a mené l’enquête dans le Jura suisse et a récolté le témoignage de celles et ceux qui font exister le secret.

Episode 1 : le secret comme évidence

"C’est absolument pour tout. C’est une formule très générale. C’est une prière. Ma gamine, elle s’est brûlée avec le feu, elle était toute petite. Eh bien, on a fait le secret. Tip top. Les brûlures, ça, ça marche. On a castré un cheval, une fois, il saignait, il saignait. J’ai eu un cousin au téléphone, il a fait le secret. Plus rien."

Au détour d’une rencontre dans un pâturage des Franches Montagnes, de quelques cafés et d’un souper entre ami·e·s à Lausanne, on réalise que la pratique du secret est répandue.

C’est une espèce de prière, clairement une consonance chrétienne. Ce n’est pas très long, 5-10 minutes comme ça. Je ne reste pas au téléphone. […] Si je sens que ce n’est pas passé, je refais. Je sens. Je le sais. J’ai une espèce de pression dans la tête… des frissons… Si je fais le secret pour quelqu’un qui a été brûlé, je sens très fort le feu en moi, j’ai chaud, je transpire.

Mais pour savoir comment ça fonctionne, quels sont les usages, les expériences et les sensations de ceux et celles qui détiennent le secret, il s’agira de boire quelques cafés de plus, attablé dans les cuisines de villas ordinaires en périphérie de Delémont ou Porrentruy, pendant qu’à la télé un match oppose Rafael Nadal à Roger Federer.

Et de se demander, au final, si la pratique du secret est véritablement si innocente que ça.

En Suisse, dans le Jura
En Suisse, dans le Jura Tizian Büchi

Episode 2 : territoires et tabous

Où l’on réalise qu’entre le Jura catholique et le Jura protestant des montagnes neuchâteloises, le secret n’est pas reçu de la même manière, et qu’il suscite quelques controverses.

En dehors de toute considération chrétienne ou pas chrétienne, il y a une chose qui me dérange profondément, de façon très rationnelle, c’est pourquoi ça doit être secret, pourquoi ça s’appelle le secret, pourquoi c’est caché, pourquoi ça ne peut pas être expliqué, mis au jour. […] Je trouve que toute bonne chose doit pouvoir venir à la lumière.

"Il faut faire attention de ne pas tout mélanger. […] Moi, de ceux que je connais, qui font le secret pour les brûlures…, ils font aussi d’autres choses, à côté, pour la plupart. Le pendule souvent, du liège sous le lit, des combines contre le tellurisme, contre les mauvais esprits. Toutes ces choses-là, je pense que ça sort du secret. Là, on devient guérisseur."

Par Ouï-dire

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement


'Monde sensible'
Réalisation, prise de son et montage : Tizian Büchi
Mixage et habillage sonore : Vincent Venet
Une production RTBF La Première, Par Ouï-Dire et RTS Espace 2, Le Labo
Avec le soutien du fonds Gulliver


 

Sur le même sujet

Suisse : le pays veut relancer le tourisme d'automne à coup de bateau-sauna et de yoga avec des chèvres

Voyages

Compléments alimentaires : comment distinguer ce qui est utile de ce qui est dangereux ?

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous