RTBFPasser au contenu
Rechercher

Cinéma - Belge

À découvrir : “La Chambre”, un court-métrage expérimental de Chantal Akerman

05 août 2022 à 09:55Temps de lecture2 min
Par Adrien Corbeel

Dans un de ses premiers courts-métrages, la célèbre réalisatrice franco-belge nous confronte à sa propre présence.

Découvrir les premiers films d'une cinéaste majeure est généralement un exercice fascinant. Dans les balbutiements de tout artiste se dévoilent souvent les prémisses de son œuvre, l'esquisse de ce qui viendra après. "La Chambre" de Chantal Akerman, tournée en 1972 alors que la réalisatrice n'avait que 22 ans, en est une puissante démonstration. Trois ans avant l'événement que sera “Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles”, elle signe ce court-métrage dans lequel se devinent déjà ses obsessions, notamment pour l'espace domestique.

Le dispositif de ce film d'une dizaine de minutes est en apparence très simple : au travers d'un seul plan-séquence, le court-métrage nous dévoile par un long panoramique à 360° la cuisine et la salle de séjour d'un appartement new-yorkais. Aucun son n'est audible, aucune narration ne se forme. La caméra se "contente" de glisser le long des murs et des objets qui trônent dans cette habitation, repassant à plusieurs reprises aux mêmes endroits. Contemplatif, le film fait ainsi se succéder ce qui pourrait être une série de natures mortes.

Mais une nature morte, "La Chambre" n'est point : près d'une fenêtre se tient Akerman elle-même, allongée sur le lit. Elle fixe la caméra, mange une pomme, bâille. Sa présence et son comportement perturbent. Elle a beau être presque inactive, ses quelques mouvements suffisent à attirer l'attention, et même à devenir une source de fascination. Comme dans "Jeanne Dielman", le moindre changement dans une mécanique parfaitement huilée a quelque chose de saisissant. Il en va de même pour le dispositif cinématographique. Alors qu'elle se limitait jusque là à faire sagement des tours de l'appartement, la caméra change plusieurs fois de direction, et c'est comme un séisme.

Par ces quelques choix radicaux, "La Chambre" nous pousser à nous sur interroger la nature de ce que l'on voit et sur notre propre rapport au cinéma. Pourquoi le mouvement suscite-t-il plus de choses en nous que l'inertie ? En quoi le film nous donne-t-il le sentiment d'être voyeur ? La caméra réagit-elle à l'environnement ou est-ce l'inverse ? En l'espace de dix minutes, le court-métrage soulève ainsi quelques-unes des questions les plus importantes de l'œuvre d'Akerman.

 

Le film est à découvrir sur la plateforme Avila, en VOD et SVOD.

Un extrait :

Loading...

Sur le même sujet

Ces Belges à (re) découvrir : Chantal Akerman

Chroniques Culture

Articles recommandés pour vous