Moteurs

25x champion du monde, Toni Bou l'extraterrestre est en Belgique

25x champion du monde, Toni Bou a survolé Comblain cette après-midi
29 juin 2019 à 16:34 - mise à jour 29 juin 2019 à 16:34Temps de lecture2 min
Par Gérald Wery

L’espagnol est ce week-end en Belgique à l’occasion de la quatrième manche du championnat du monde de TrialGP. Toni Bou est une légende vivante : il est le recordman des titres mondiaux, toutes disciplines de sport mécanique confondues.

On croyait Doug Lampkin (12 titres) inaccessible, mais Toni Bou est arrivé!

Derrière lui, on retrouve Giacomo Agostini (15 titres en vitesse moto), Angel Nieto (13), Juha Salminen (13), Doug Lampkin (12) et Stefan Everts (10) devant Valentino Rossi et Sébastien Loeb (9). Une majorité de motards donc, car à moto le pilote aura toujours une part prépondérante sur la mécanique, contrairement à l’automobile où une F1 (ou une WRC) un peu moins performante peut empêcher le meilleur pilote de devenir champion !

Toni Bou « la machine à zéro » a réinventé le Trial

Toni Bou a réinventé le Trial
Toni Bou a réinventé le Trial © Tous droits réservés

Objectif en trial ? Ne poser aucun pied, " faire zéro " comme on le dit dans le jargon. Pour y parvenir, Toni Bou repousse les limites de la physique. C’est un monstre de technique et de créativité ! 13 titres en Indoor, 12 en Outdoor, le pilote Montesa-Honda HRC défie la gravité depuis 2007 et aucun trialiste n’est encore parvenu à le déstabiliser. Il a réinventé le trial avec sa technique de double rebond de l’amortisseur qui, combinée à un jeu d’embrayage et des cuisses en béton, le propulse à des hauteurs impensables… et avec la facilité d’un cabri ! En tant que trialiste, je peux vous avouer que technique et physique ne servent à rien si vous ne parvenez pas à faire le vide en vous. Et là aussi, le mental de Toni Bou est supérieur ! Son mental est comme ses cuisses.

Bou gagne la Qualif' cette après-midi

Adam Raga, dernier champion du monde avant Toni Bou, s'est qualifié cinquième

33 degrés sur la place de Comblain-au-Pont et 33 blocs de rochers pour départager les pilotes au chrono et au minimum de pieds ! Une section artificielle qui sera également reprise demain avant les 14 autres impressionnantes sections naturelles et abruptes. Le but de la qualification ? S’élancer dernier le dimanche pour pouvoir observer le comportement des autres pilotes partis avant dans les zones et ne pas commettre les mêmes erreurs. Et c’est bien sûr Toni Bou qui s’est montré le plus rapide en 0’27’’09 sans poser un seul pied au guidon de sa Montesa-Honda estimée à plus de 200.000€. Bou a devancé le jeune espoir espagnol Jaime Busto de près de 2 secondes (01’’70) et le britannique James Dabill de plus de 3 secondes ! Raga est cinquième, Fujinami s’est loupé, il est dernier.

4 Belges

Le niveau belge est encore loin de celui des meilleures nations. Néanmoins, Emile Mattheeuws s’est qualifié 12e en catégorie Trial2, Maxime Mathy 22e et Julien Rousselle 25e. Dany Crosset, l’ancien multiple champion de Belgique, s’est lancé dans un pari fou : disputer la catégorie " électrique ". Il a signé le cinquième temps.

Le Grand-Prix demain

Le Mont Saint-Martin (Comblain-au-Pont) est devenu la section la plus mythique du championnat du monde de TrialGP

L’avantage du TrialGP, c’est que le public pourra suivre dimanche (départ 9h, arrivée 15h) les 15 sections à pieds ou à vélo car elles se situent sur un espace de 4 kilomètres. La dernière section est unique : le mur du Mont Saint-Martin au cœur du village et son dénivelé proche de la verticale ! Ce sera le clou du spectacle et certainement là où la victoire se jouera.

 

Articles recommandés pour vous