24 heures après les attentats au Sri Lanka: la population sous le choc

Sri Lanka : un lendemain de Pâques sanglant

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

22 avr. 2019 à 17:10 - mise à jour 22 avr. 2019 à 17:38Temps de lecture2 min
Par Cynthia Deschamps et Alexandre Mitea

Plus de 310 personnes ont été tuées dans la vague d’attentats suicides dimanche 21 avril au Sri Lanka. Notre correspondant Alexandre Mitea a pris le taxi ce lundi matin dans la ville de Colombo. Il a été frappé par le calme qui y règne. "Habituellement, c’est une ville typique du sud asiatique. Les tuk-tuks de toutes les couleurs se faufilent entre les voitures en klaxonnant", décrit-il. "Mais aujourd’hui, elle a un peu perdu de son entrain."

Un homme srilankais conduit un taxi à trois roues, appelé tuk-tuk, dans la ville de Colombo
Un homme srilankais conduit un taxi à trois roues, appelé tuk-tuk, dans la ville de Colombo ISHARA S. KODIKARA - AFP

Il a également été étonné par les soldats en armes qu’on voit un peu partout. Ils sont postés dans toutes les rues du centre-ville devant les bâtiments à risque, comme les hôtels par exemple. Ce n’est pas anodin. Depuis la fin de la guerre civile en 2009, le tourisme augmente de manière exponentielle.

Le nombre de personnes qui vivent du tourisme a été multiplié par trois en dix ans. "Alors quand j’ai demandé à mon chauffeur de taxi s’il avait peur qu’il y ait d’autres attentats, il m’a répondu : "non non, c’est sûr ici ".

Des soldats sécurisent le quartier près de l'église Saint Antoine
Des soldats sécurisent le quartier près de l'église Saint Antoine JEWEL SAMAD - AFP

Ils ont ensuite fait plus ample connaissance. "J’ai appris qu’il s’appelait Sana et qu’il était bouddhiste. A la question "Que pensez-vous de ce qui s’est passé hier ?", il a répondu que le Sri Lanka était un pays en plein développement." En une nuit, ce développement a été détruit.


►►► À lire aussi Les attentats au Sri Lanka auront-ils impact sur le tourisme? Un Belge propriétaire d'hôtel raconte


Tous les secteurs ont été touchés : le tourisme, le business, etc. "Mon business, c’est le tourisme et tout est perdu. Les touristes vont rentrer chez eux. Ma famille va avoir beaucoup de problèmes. Ça me rend malheureux", confie Sana.

 

Je demande aux gens de rester calmes

Au moment où les bombes ont explosé, un pasteur se trouvait dans son bureau. Jude Fernando s'apprêtait à célébrer la messe de Pâques dans l’église Saint Antoine. Il a rencontré Alexandre Mitea et lui a dit vouloir remercier Dieu d'avoir sauvé sa vie. "Mais je suis très triste et inquiet", ajoute-t-il. "Je n'ai pas vraiment de mots pour l'expliquer. Je n'ai pas pu dormir hier. Je suis allé à l'extérieur pour parler aux gens qui étaient en train de pleurer parce que ces explosions se sont déroulées sur des lieux de prière. Quelle que soit sa religion, sa langue ou sa caste, toute la communauté a été touchée car elle aime cet endroit."

L’homme d’église insiste sur le fait que les Srilankais aiment la paix et ne veulent pas se venger. "Tout le monde est inquiet, et je sais que c'est une situation très douloureuse. C’est très dur de se relever, mais je demande toujours à tout le monde de prier pour les victimes, de soutenir les familles et de rester calme."
 

Des Pakistanais chrétiens se recueillent à Islamabad le 22 avril 2019 en mémoire des victimes
Des Pakistanais chrétiens se recueillent à Islamabad le 22 avril 2019 en mémoire des victimes AAMIR QURESHI - AFP

Hier, il n’y avait pas seulement des chrétiens. "Tout le monde vient ici : les musulmans, catholiques, hindous, bouddhistes, etc. Il y avait des personnes venues de tous les coins du Sri Lanka. Nous allons reconstruire l’église. Mais je veux surtout demander aux gens de reconstruire leurs vies et leur dire que nous serons là pour les aider."

Aujourd’hui, les familles pleurent leurs victimes et tous les autres Srilankais n’ont qu’une crainte, que les touristes prennent peur et se détournent de leur île. Ce serait une deuxième catastrophe, économique celle-là.