Diables Rouges

"22 v'là Michy, ou quand le Diable chasse le Démon"

Football: Pierre Deprez en visite à Marseille

23h, au dessert, Michy nous fait savoir que si nous souhaitons, il peut nous rencontrer dès ce soir, minuit, pour quelques images et un bout d’interview. Minuit, parce qu’il souhaite avoir terminé de manger avec sa compagne, qu’il n’a plus vue depuis une semaine. Rare, comme proposition ! Sympa donc; précieux aussi.

Michy est détendu, souriant; sa compagne, qui poursuit ses études supérieures à Marseille pour vivre avec lui ne souhaite pas apparaître dans le reportage mais se montre enthousiaste, curieuse et accueillante. Le resto s’appelle "Le David". Celui qui a terrassé Goliath. Batsman n’a pas encore écarté Gignac, mais Batshuayi a déjà vaincu certains démons: "Je sais que j’avais la réputation d’un Bad Boy et que j’ai fait des erreurs. Mais ici, j’ai un nouvel entourage, un nouveau cadre, un gros challenge, et j’ai changé.Même si je reste simple, gentil, et toujours un peu fou."

Neuf mois après son départ du Standard, le Michy nouveau est arrivé. Ca se voit, ça s’entend aussi: plus assuré, presque bavard, intéressant surtout ! Pourtant, l’exercice face aux médias, c’était pas sa tasse de thé ! Ce soir-là, puis le lendemain encore, en toute confiance, même face aux questions plus difficiles, la nouvelle coqueluche des supporters de l’OM racontera et expliquera: les Diables et Chypre, l’émotion avant, pendant, après; les difficultés du passé, Wilmots, Bielsa, Gignac, son pied gauche, ses ambitions et ses rêves, ... sa métamorphose.

Quand nous le quittons, à la caméra il lance "et bonjour à toute la Belgique". Une heure plus tard, il twitte: "@pierredeprez58 merci bcp pour ta venue et ton temps". En une quinzaine de reportages avec un Diable à l’étranger, il est le premier à agir ainsi; touchant.

> Un reportage complet vous sera proposé ce dimanche dans le week-end sportif (18h30 sur la Une).


P. Deprez

Articles recommandés pour vous