Basket NBA

20 décembre 2005 : et l'artificier Kobe Bryant prit feu et devint inarrêtable...

BKN-SPURS-LAKERS-BRYANT
20 déc. 2019 à 19:07 - mise à jour 20 déc. 2019 à 19:07Temps de lecture2 min
Par Antoine Hick

20 décembre 2005, Staple Center de Los Angeles. Il y a pile quatorze ans donc. Les Lakers reçoivent la solide équipe de Dallas. Une rencontre à priori équilibrée. Sur papier, du moins. Parce que dans les faits, les visiteurs n'auront pas droit au chapitre. La faute à un certain Kobe Bryant, incandescent ce soir-là. Flash-Back d'une rencontre qui restera dans les mémoires à jamais.

Un récital offensif

Dès l'entame de match, Kobe a les crocs acérés. Le Black Mamba a le regard fermé, concentré, appliqué. Prêt à assaillir une proie plus docile que prévu. Son premier tir du match, à mi-distance ? Filoche. Le deuxième, malgré une défense gluante ? Même topo, ça rentre. Dans son plus pur style de soliste fantastique, Bryant virevolte et en fait voir de toutes les couleurs à une défense de Dallas dépassée. En tout, le Black Mamba score 15 points dans ce premier quart temps. Le deuxième sera du même acabit. 17 points dans la musette de Mavericks...médusés.

Et encore, à ce moment, Kobe ne fait que préchauffer. Le clou du spectacle, il l'a programmé pour plus tard. Déchaîné, Bryant fait monter la température au sein d'un Staples Center déjà bouillant. Malgré les défenseurs qui s'accumulent sur son dos, il poursuit sa moisson de points. Après ses 32 unités inscrites avant l'entracte, Kobe enchaîne avec 30 points...en un quart-temps. Et dans son sillage, le score augmente. Dallas coule, Los Angeles déroule.

"We want Kobe"

Après 36 minutes, le tableau affiche le score ahurissant de 95-61. Faites le calcul, Bryant pointe alors à...62 unités. A lui seul, il a donc inscrit plus de points que toute l'équipe adverse. Une première dans l'histoire de la NBA après trois quart-temps.

Et malgré les sempiternels "We Want Kobe" qui émaneront des travées du Staple Center pendant tout le 4e quart, Bryant ne reviendra plus en jeu, son coach, Phil Jackson, préférant le mettre au frigo vu l'ampleur du score. Telle une ultime humiliation, Kobe restera assis sur le petit banc en soufflant sur ses doigts. Comme pour montrer à son adversaire, qu'il en avait encore sous le capot. "Il a fait ce qu’il voulait ce soir" constatera même Avery Johnson, le coach des Mavericks après la rencontre.

Confirmation quelques semaines plus tard puisque le Black Bamba inscrira 81 points aux Raptors...fin janvier 2006. 

Articles recommandés pour vous