Icône représentant un article video.

Vidéo

20 ans après les crimes racistes, une journée de commémoration et de sensibilisation est organisée à Schaerbeek

07 mai 2022 à 14:27 - mise à jour 07 mai 2022 à 20:54Temps de lecture6 min
Par Maud Wilquin

Le 7 mai 2002, à 4h du matin, Schaerbeek se réveille dans l'horreur. Dans un accès de colère, Hendrik Vyt, 79 ans, fait irruption chez ses voisins, les Isnasni, et assassine froidement les parents. Kenza et Abdelmounaïm, les aînés de la fratrie âgés de 19 et 17 ans, parviennent à s'échapper. Yacine et Walid, les deux plus jeunes âgés de 11 et 6 ans, n'ont pas cette chance. Gravement blessés, ils décident de faire les morts. 

Alors qu'il pense avoir décimé une bonne partie de la famille, Hendrik Vyt boute le feu à l'appartement. La police et les pompiers sont déjà sur place mais ne peuvent intervenir en raison des coups de feu. Très vite, l'incendie fait une victime : Hendrick Vyt. Les enfants cadets, eux, se sont réfugiés dans la salle de bain et sont sauvés par un habitant du quartier.

Il apparaît rapidement que ce drame n'est pas une dispute de voisinage qui aurait dégénéré mais bien un crime raciste commis par un militant du Vlaams Blok déçu de l'échec de Jean-Marie Le Pen face à Jacques Chirac aux présidentielles françaises.

Laurent Van De Berg

Ce samedi, 20 ans après les faits, une marche pour la mémoire et la paix était organisée dans la commune. Parti de la place de l'Hôtel de Ville, la place Collignon, le cortège s'est ensuite recueilli au parc Josaphat où s'étaient déroulées les funérailles à l'époque. 

Des gerbes de fleurs ont été déposées et des draps blancs, attachés, sous les yeux de Kenza, 39 ans aujourd'hui. 

Laurent Van De Berg